BRICS : Lula appelle à renouveler les relations avec l'Afrique

Le président Luiz Inácio Lula da Silva souligne le vaste potentiel de l'Afrique et appelle à un engagement renouvelé du Brésil avec le continent lors de son discours à la conférence des BRICS en Afrique du Sud. Lula critique ainsi subtilement l'ancien président Jair Bolsonaro pour avoir négligé l'Afrique pendant son mandat.

Le président brésilien appelle à renouveler les relations avec l'Afrique

Le discours de Lula donne le ton du sommet des BRICS à Johannesburg, où les dirigeants du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud se réunissent pour discuter de la collaboration régionale et des stratégies économiques mondiales.

Le président Luiz Inácio Lula da Silva, plus connu sous le nom de Lula, a déclaré que l'Afrique offrait beaucoup trop de perspectives et que le Brésil n'aurait jamais dû quitter le continent. « Le Brésil est de retour sur le continent qu'il n'aurait jamais dû quitter. L'Afrique offre de nombreuses opportunités et un énorme potentiel de croissance », a déclaré le président du géant sud-américain.

Les dirigeants des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se réunissent à Johannesburg, la capitale économique de l'Afrique du Sud.

Les propos de Lula étaient une attaque subtile contre son prédécesseur de droite, Jair Bolsonaro, qui n'a jamais visité l'Afrique au cours de ses quatre années de présidence. À l'issue d'une campagne électorale âprement disputée, Lula a prêté serment en tant que président du Brésil en janvier 2023. Entre 2003 et 2010, cette figure de proue de la gauche brésilienne a visité l'Afrique à maintes reprises.

Cette année, il a déjà effectué une visite éclair au Cap-Vert. Dans le cadre de la politique étrangère de son pays, il a privilégié l'amélioration des relations avec ce que l'on appelle le « Sud global ». « Lors de mes deux premiers mandats, le continent africain était une priorité. Je me suis rendu 12 fois en Afrique, dans 21 pays », a déclaré Lula.

ADVERTISEMENT

Malgré la politique étrangère inclusive du Brésil, selon des sources d'information locales, le gouvernement n'est pas intéressé par une extension de l'adhésion aux BRICS, comme le souhaitent la Chine et la Russie.

Après l’Afrique du Sud, le président brésilien poursuivra sa tournée africaine en faisant escale en Angola et à São Tomé e Príncipe pour assister à une conférence de la Communauté des pays de langue portugaise.

Au cours des deux derniers mois, l'Éthiopie et l'Algérie ont présenté des arguments convaincants en faveur de l'adhésion aux BRICS. L'Éthiopie, deuxième pays le plus peuplé d'Afrique, a demandé à pouvoir bénéficier des avantages offerts par les BRICS.

Un mois plus tard, le président algérien Abdelmadjid Tebboune, cité par Ennahar TV, a déclaré que son pays avait déposé une demande d'adhésion à l'organisation des BRICS ainsi qu'une demande d'adhésion en tant que membre actionnaire de la banque des BRICS, moyennant un versement de 1,5 milliard de dollars. L'Algérie cherche à diversifier son économie et à renforcer ses liens avec des pays tels que la Chine.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT