Émeutes en France : l'étendue des dégâts suite à la mort du jeune Nahel

Attaques de bâtiments publics, pillages de commerce, tirs de mortiers d’artifice et incendies ont eu lieu à Nanterre, où le jeune Nahel M. a été tué par un policier, et dans d’autres villes d’Ile-de-France et du pays, notamment autour de Lyon et Bordeaux. Six cent soixante-sept personnes ont été interpellées et 249 blessés parmi les forces de l’ordre. 3880 incendies ont été déclenchés sur la voie publique. 1919 véhicules ont été touchés.

Emeutes en France

Trois jours après le décès de Nahel, 17 ans, tué par un policier après un refus d'obtempérer, les violences se sont poursuivies dans la nuit de jeudi à vendredi en France. Malgré la mobilisation de 40 000 policiers et gendarmes, les violences se sont propagées dans toute la France. Dans de nombreuses villes, les commerces et les commissariats ont été pris pour cibles. Au moins 667 personnes ont été interpellées, plus de quatre fois plus que dans la nuit de mercredi à jeudi.

La marche blanche, puis la nuit noire. A Nanterre, la nuit a débuté tôt, jeudi 29 juin : dès 16 h 30, à peine le rassemblement en mémoire de Nahel M., l’adolescent tué mardi par un policier, s’était-il achevé qu’une épaisse fumée a assombri le ciel à la suite des premiers incendies. Certains espéraient que cette marche blanche calmerait les esprits, elle n’a eu aucun effet apaisant sur les dizaines et dizaines de jeunes qui ont fait vivre à la préfecture des Hauts-de-Seine une troisième nuit d’émeutes et de destructions, qui s’est largement propagée en province et s’est soldée par des centaines d’interpellations à travers le pays.

3880 incendies en France cette nuit et 492 bâtiments touchés

D'après les informations du Parisien, 3880 incendies ont été déclenchés cette nuit sur la voie publique. 1919 véhicules ont été touchés ainsi que 492 bâtiments. Au total, 9900 pompiers ont été sollicités durant les dernières 24 heures.

Lorraine et Alsace ont vécu une nouvelle nuit de violences au cours de laquelle de nombreuses dégradations ont été commises, avec notamment deux mairies de quartier incendiées à Metz et deux écoles ayant subi des « dégradations significatives » à Strasbourg vendredi, après la mort du jeune Nahel mardi à Nanterre.

ADVERTISEMENT

À Metz, « les mairies de quartier de Borny et de Bellecroix ont été incendiées la nuit dernière ainsi que le hall de la Boîte à musique », la salle de musique et de spectacle construite au coeur du quartier de Borny, a déclaré à l'AFP le maire (ex-LR) François Grosdidier, qui a passé une partie de la nuit au centre de commandement de la police municipale pour suivre les événements.

À Woippy, si le commissariat lui-même, protégé par des grilles, n'a pas été incendié, l'environnement autour a été détruit, « les voyous s'en sont pris à l'École de la deuxième chance, des services destinés à la population », a encore déploré l'élu. « Le contraste était extrêmement frappant entre le centre-ville messin, serein, et les quartiers autour, comme si on était dans deux mondes parallèles », a ajouté François Grosdidier. En Meurthe-et-Moselle, le Raid a été engagé à Mont-Saint-Martin, selon la préfecture. Sur Twitter, le maire de Nancy, Mathieu Klein (PS), a indiqué que la mairie de quartier du Haut-du-Lièvre est partie en fumée.

À Strasbourg, la préfecture du Bas-Rhin a recensé « 74 véhicules incendiés au cours de la nuit», après déjà 66 la nuit précédente, selon un syndicaliste policier. «Deux établissements scolaires ont subi des dégradations significatives. Il s'agit du collège Sophie Germain et de l'école primaire Marguerite Perey », où la préfète devait se rendre dans la matinée. « D'autres bâtiments publics ont subi des dégradations plus légères, dont la mairie de quartier au Neuhof », à Strasbourg, précise encore la préfecture, notant qu'il n'y a pas eu de blessés dans le département.

À Fameck (Moselle) la mairie a été saccagée: « Je suis maire depuis 34 ans, je n'ai jamais vu un tel niveau de violence », s'est désolé le maire Michel Liebgott sur France bleu Lorraine, demandant la mise en place de l'État d'urgence. Des dégradations ont également été constatées dans de nombreuses autres villes de Lorraine, d'Alsace et de Franche-Comté.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Le coup de gueule de Macky contre la presse internationale

Le coup de gueule de Macky contre la presse internationale

Macky Sall : « La liberté provisoire de Diomaye dépend de ses avocats »

Macky Sall : « La liberté provisoire de Diomaye dépend de ses avocats »

Libération de Sonko et de Bassirou : le président Macky Sall veut un climat d'apaisement

Libération de Sonko et de Bassirou : le président Macky Sall veut un climat d'apaisement

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

La RDC appelle à des sanctions contre le Rwanda

La RDC appelle à des sanctions contre le Rwanda

ADVERTISEMENT