ADVERTISEMENT

Guinée-Sénégal, 6 et 9 ? [Opinion du Contributeur]

C'est une histoire bien connue au Sénégal qui se répète en Guinée. Le procès après la chute. Mais les convergences sont vraiment minimes.

L'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade en compagnie de son homologue guinéen Alpha Condé

Au Sénégal, Abdoulaye Wade avait été battu dans les urnes en 2012, après son entêtement à vouloir faire un troisième mandat. En Guinée, Alpha Condé a été chassé après avoir « forcé le barrage » et gagné à la présidentielle. Le pape du Sopi n'a donc pas été inquiété contrairement à l'autre opposant historique qui a été arrêté.

ADVERTISEMENT

Au Sénégal, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a été remise au goût du jour. 25 personnalités du régime déchu devaient être poursuivies pour enrichissement illicite. Wade a été épargné. Son fils Karim a été la tête de gondole de cette traque. Il a été le seul a être arrêté, emprisonné et jugé avec quelques seconds couteaux. En Guinée, le procureur général de la cour d'appel de Conakry a donné le 4 mai 2022 des instructions aux fins de poursuites judiciaires contre l'ancien président guinéen Alpha Condé et 26 responsables.

À l’enrichissement illicite décrié par la Cour de répression des infractions économiques (Crief), s’ajoutent d’autres accusations tout aussi gravissimes. Atteintes volontaires et involontaires à la vie humaine, disparitions forcées, tortures, agressions sexuelles. Tout y est. Un sale temps pour Condé qui espérait une vie plus heureuse, moins heurtée après son retour au pays au terme d’une évacuation sanitaire à l’étranger. Une véritable tempête s’abat sur lui et les siens.

À Dakar, la Crei a fini par mourir de sa belle mort. Les compromissions l’ont tuée. Des clients de cette juridiction sont maintenant partie intégrante du régime d'un président largement réélu.

À Conakry, le même scénario ne peut pas avoir lieu, en toute vraisemblance. La junte au pouvoir devrait partir après 39 mois de transition. Elle pourrait aussi bien ne pas partir. Au Sénégal, certains souhaitent que l’actuel président défie le serpent qui a mordu Condé. C’est triste l’Afrique !

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

'Leumbeul time' : les excuses de Mame Ndiaye Savon à la Oummah islamique

'Leumbeul time' : les excuses de Mame Ndiaye Savon à la Oummah islamique

Mort du couturier Paco Rabanne à l'âge de 88 ans !

Mort du couturier Paco Rabanne à l'âge de 88 ans !

Douleur, haine, extase : clap de fin de la saison 1 de 'Salma'

Douleur, haine, extase : clap de fin de la saison 1 de 'Salma'

Sénégal : les « engraisseurs » de Sonko [Opinion du Contributeur]

Sénégal : les « engraisseurs » de Sonko [Opinion du Contributeur]

Gestion 'nébuleuse' du Fonds Covid-19 : une plainte collective et une pétition lancées

Gestion 'nébuleuse' du Fonds Covid-19 : une plainte collective et une pétition lancées

'7 seconds' de Youssou N’Dour dans le Billboard Hot 100

'7 seconds' de Youssou N’Dour dans le Billboard Hot 100

Huit (8) Africains nominés aux Grammy Awards 2023

Huit (8) Africains nominés aux Grammy Awards 2023

Industrie hôtelière africaine : 90% des acteurs optimistes pour 2023/2024 (rapport)

Industrie hôtelière africaine : 90% des acteurs optimistes pour 2023/2024 (rapport)

Elle étrangle son bébé et se rend à l’état civil pour obtenir un certificat d’inhumation

Elle étrangle son bébé et se rend à l’état civil pour obtenir un certificat d’inhumation

ADVERTISEMENT