Lamine Dramé tué par la police allemande : nouvelles révélations choquantes

Le procès des cinq policiers accusés d'avoir abattu le Sénégalais Mohamadou Dramé, un adolescent sénégalais de 16 ans, lors d'une opération policière à Dortmund, a débuté hier mardi. Révélations choquantes lors de cette première journée de procès.

Mohamadou Lamine Dramé sénégalais abattu en Allemagne

Nouvelles révélations dans le meurtre de Mohamadou Lamine Dramé abattu en Allemagne par la police. Dramé, ce jeune sénégalais âgé de 16 ans a succombé après avoir reçu sept (7) balles dans l'estomac, la mâchoire, l'avant-bras et l'épaule.

Le Procureur principal Carsten Dombert, en charge du dossier, a détaillé les accusations portées contre les agents impliqués. Trois policiers sont accusés de coups et blessures graves, tandis que le chef opérationnel fait face à des charges pour incitation à ces mêmes actes. Quant au tireur de la police, il est inculpé d'homicide involontaire.

L'incident s'est déroulé alors que Mouhamed Dramé, placé sous surveillance psychiatrique, menaçait de se suicider avec un couteau de 20 cm. Les premières tentatives de contact avec le jeune, utilisant du gaz poivré et des Tasers, n'ont pas eu l'effet escompté. La situation a dégénéré lorsque l'un des policiers a ouvert le feu, touchant le jeune homme cinq fois.

Les détails du journal de bord des policiers ont été rendus publics, décrivant minute par minute le déroulement de l'opération. Le rapport a notamment souligné l'absence de demande explicite au jeune homme pour qu'il range son couteau, ainsi que l'omission de se présenter clairement en tant que forces de l'ordre.

Le procureur Carsten Dombert a souligné le caractère disproportionné de l'intervention policière, déclarant que d'autres alternatives auraient pu être envisagées pour désamorcer la situation. Il a exprimé le besoin de recourir à des moyens moins agressifs, voire à un tir de sommation, dans de telles circonstances.

ADVERTISEMENT

Les avocats de la défense ont plaidé en faveur de leurs clients, affirmant que les policiers avaient tenté de désarmer le jeune homme pour l'empêcher de commettre l'irréparable. Ils ont également souligné l'absence d'acte répréhensible intentionnel de la part des agents.

La première journée du procès a pris fin sur ces déclarations, mais la suite du procès est attendue avec les témoignages des policiers accusés, prévu pour le 10 janvier prochain.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Mercato: le FC Barcelone prend sa décision concernant Mikayil Faye

Mercato: le FC Barcelone prend sa décision concernant Mikayil Faye

Visite à Paris : Diomaye préfère l’ambassade du Sénégal à l'hôtel

Visite à Paris : Diomaye préfère l’ambassade du Sénégal à l'hôtel

Conflits à Gounass : les origines d'une vieille rivalité

Conflits à Gounass : les origines d'une vieille rivalité

Medina Gounass : la Guinée-Bissau ferme partiellement sa frontière avec le Sénégal

Medina Gounass : la Guinée-Bissau ferme partiellement sa frontière avec le Sénégal

Le BRT heurte un Jakartaman

Le BRT heurte un Jakartaman

Port de Dakar : plus de 6 milliards FCFA détournés

Port de Dakar : plus de 6 milliards FCFA détournés

Autoroute à péage : un bus prend feu sur l’axe Mbour - Dakar

Autoroute à péage : un bus prend feu sur l’axe Mbour - Dakar

Mutinerie à la prison du Camp pénal

Mutinerie à la prison du Camp pénal

Médina Gounass : le CUDIS invite les parties en conflit à se ressaisir

Médina Gounass : le CUDIS invite les parties en conflit à se ressaisir

ADVERTISEMENT