Mali : Sept morts parmi les assaillants du camp militaire de Kati

Le camp militaire de Kati, à environ 15 km de la capitale, a été la cible d’un assaut de la katiba Macina, selon l’armée, « avec deux véhicules piégés bourrés d’explosifs ».

Camp militaire de Kati

L'attaque du camp militaire de Kati tôt ce vendredi 22 juillet a fait plusieurs morts dont la plupart du côté des assaillants. Le bilan provisoire fait état de sept morts et huit interpellés du côté des terroristes, tandis qu'un mort et six blessés dont un civil sont à déplorer du côté des Forces armées maliennes (FAMA), selon le communiqué officiel de l’État-major général des armées. Du matériel a également été saisis des mains des auteurs de l'attaque.

« Les FAMA viennent de contenir encore des tentatives désespérées des terroristes de la Katibat Macina, qui tôt ce matin, aux environs de 05 heures, ont tenté des actions kamikazes, avec deux véhicules piégés bourrés d’explosifs, contre une installation de la Direction du matériel, des hydrocarbures et des transports des armées (DMHTA). », précise-t-on dans le document. « Les FAMA ont immédiatement procédé au bouclage de la zone, tout en engageant les opérations de ratissage qui se poursuivent à l’heure », ajoute le communiqué.

Au moment des faits, le président Assimi Goïta, qui vit à Kati, se trouvait à la garnison – lieu où est stocké le matériel militaire – à quelques kilomètres du camp. Mais son ministre de la Défense, le colonel Sadio Camara, était lui présent à Kati. Selon les informations de JeuneAfrique, les deux hommes, qui s’y trouvent encore, sont en sécurité mais les impacts ont causé des dégâts matériels importants.

Par mesure de sécurité, au moment de l’attaque, l’ordre a été donné de fermer l’aéroport international Modibo Keïta-Senou, qui a ensuite rouvert, et le personnel de Koulouba, le palais présidentiel, a été libéré. En fin de matinée, un certain calme était revenu à Kati comme à Bamako. Des hélicoptères de l’armée survolaient la capitale et des check-points y ont été dressés, notamment devant la cité ministérielle et les grands axes de communications.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

La raison surprenante qui nous oblige à faire pipi toutes les nuits

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Trafic aérien : les chiffres de l'OACI

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Genre : vers la création d’un Conseil national des femmes !

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

Agression de Maimouna Ndour Faye : ce que dit l'enquête

Pourquoi l’amnistie ne concerne pas l'affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko

Pourquoi l’amnistie ne concerne pas l'affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko

Affaire Ngagne D. Touré : le parquet ordonne l'arrestation de 3 greffiers

Affaire Ngagne D. Touré : le parquet ordonne l'arrestation de 3 greffiers

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

ADVERTISEMENT