Niger : les lourdes sanctions contre les putschistes

Au terme de deux sommets spéciaux tenus ce dimanche de manière successive par l’Union économique et monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur le coup d’Etat au Niger perpétré par la junte à sa tête le général Tchiani, de fortes décisions ont été entérinées.

Putsch au Niger

Un double sommet de l’Uemoa et de la Cedeao s’est tenu, ce dimanche 30 juillet 2023, à Abuja au Nigeria sous les auspices du président Tinubu. A l’issue de cette rencontre, les Chefs d’Etat et de Gouvernements ayant participé à ce sommet ont pris des lourdes sanctions contre le pays et ses nouvelles autorités sous la direction du général Tchiani.

Il s’agit entre autres de la « fermeture des frontières aériennes et terrestres entre le Niger et les pays de la Cedeao, l’intrediction de survol de l’espace à tout aéronef en provenance ou à destination du Niger ; la suspension de toutes les transactions commerciales et financières entre les pays de la Cedeao et le Niger y compris celles portant sur les produits pétroliers, l’électricité, les biens et services, la suspension de toutes les transactions financières entre les pays de l’UEMOA et le Niger, le gel des avoirs financiers et monétaires de l’Etat du Niger à la BCEAO et dans les banques commerciales des pays de l’UEMOA.

Il y aussi le gel des avoirs financiers et monétaires des entreprises publiques et parapubliques du Niger à la BCEAO et dans les banques commerciales des pays de l’UEMOA, la suspension des opérations financières entre les banques du Niger et les banques installées dans les autres pays de l’UEMOA, la suspension de toute assistance et transaction financière en faveur du Niger par les institutions de financement de l’UEMOA particulièrement la BOAD, l’interdiction de voyage pour les auteurs de cette tentative de coup d’état, le gel de leurs avoirs financiers et la confiscation de leur patrimoine ».

Il a été décidé de « donner un ultimatum d’une semaine à la junte pour restaurer les institutions, rendre le pouvoir et installer le Président Mouhamed Bazoum élu démocratiquement. La CEDEAO n’exclut pas toutefois de faire recours à la force à travers une intervention militaire si cette demande n’est pas satisfaite par le général Tchiani et ses hommes.

Dans cette optique, une réunion d’urgence des chefs d’Etat major des forces armées est même organisée pour une probable intervention au Niger. Aussi, le président Tchadien Mahamat Déby, dont le pays n’est pas membre de la CEDEAO et qui était invité au sommet, a été choisi comme médiateur pour échanger avec la junte. D’ailleurs, il est en route pour le Niger.

ADVERTISEMENT

Pour l’Union économique et monétaire Ouest africaine, des sanctions économiques fermes et totales sont prises contre les membres de la junte et leurs familles.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT