RDC : sentences diverses pour des militaires après le massacre de Goma

Après un procès qui n'a pas permis de répondre à toutes les questions sur les circonstances de la tuerie de plus de 50 personnes le 30 août dernier à Goma, la justice militaire a tranché.

Guerre en RDC

Un officier de la garde républicaine, le principal accusé, le colonel Mike Mikombe a été condamné à mort lundi, trois autres militaires à dix ans de prison et deux ont été acquittés.

Durant le procès, le colonel Mike Mikombe, a fait savoir qu'il avait été induit en erreur par le commandant de la 34e région militaire qui présentait les individus qui manifestaient contre la Monusco comme étant des supplétifs des rebelles du M23 et de l'armée rwandaise.

De leur côté, les avocats des condamnés qui avaient plaidé l'acquittement ont dénoncé des faits dénaturés et tripatouillés par le ministère public. Ils ont annoncé leur intention de faire appel.

Après le massacre, le ministre de l'Intérieur, Peter Kazadi avait indiqué que la Garde républicaine était intervenue en représailles du lynchage d'un officier par des adeptes de la secte Wazalendo. Selon des témoins, l'opération avait été lancée avant la mort du policier.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT