USA : début d'un marathon judiciaire pour Donald Trump, poursuivi pour fraude

C'est le premier procès d'une longue série pour Donald Trump. L'ex-président américain, candidat à un retour à la Maison Blanche en 2024, est poursuivi ce lundi 2 octobre avec des proches – dont ses deux premiers fils, Don et Eric – au civil dans l'État de New York. Il est accusé d'avoir gonflé ses actifs de son conglomérat, la Trump Organization, de plusieurs milliards de dollars pour obtenir des prêts plus avantageux des banques.

New York Attorney General Letitia James wants Trump's business banned from New York.Erin Schaff-Pool/Getty Images

Un triplex tout en haut de la Trump Tower déclaré au fisc trois fois plus grand que sa superficie réelle, la luxueuse propriété de Mar-a-Lago en Floride surévaluée de plusieurs dizaines de millions de dollars... D’après les juges, pendant près de dix ans jusqu’en 2021, Donald Trump et ses proches auraient menti pour gonfler la valeur des biens de la Trump Organization. La manœuvre aurait permis au conglomérat de négocier de meilleurs prêts des banques et des contrats d’assurance plus avantageux.

La procureure générale de l’État de New York réclame 250 millions de dollars d’amendes et l’interdiction pour Donald Trump et certains de ses proches de diriger des sociétés. Avant même l’ouverture du procès, le juge de la Cour suprême de l’État de New York a parlé de « fraudes répétées ». Des fraudes qui pourraient atteindre plus de 2 milliards de dollars. Le magistrat ordonne aussi la suppression des licences commerciales de Donald Trump et de ses enfants pour l'Etat de New York.

« Je vais me battre pour mon nom et ma réputation »

Dimanche soir, à la veille de l'ouverture de ce premier procès qui en appelle d'autres, l'ancien président américain a assuré, dans un message posté sur le réseau Truth Social, qu'il se rendra au tribunal lundi. « Je vais au tribunal demain matin pour me battre pour mon nom et ma réputation », a-t-il écrit, qualifiant au passage le procureur général de New York de « corrompu » et le juge chargé de l'affaire de « déséquilibré ».

ADVERTISEMENT

Inculpé au pénal dans quatre dossiers différents, dont ceux concernant sa tentative d'inverser le résultat de la présidentielle 2020 perdue face à Joe Biden et ces documents confidentiels conservés après son départ de la Maison Blanche, Donald Trump a de nombreux rendez-vous avec les tribunaux dans les mois à venir.

Cela ne l'empêche pas d'être le grand favori à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de 2024, et l'ouverture du procès ce 2 octobre ne devrait pas plus écorner son image auprès de ses soutiens. « Ça alimente le récit de la chasse aux sorcières et de la persécution contre le sauveur de l'Amérique par les vilaines élites », explique Lorric Henneton, maître de conférence à l'université de Versailles-Saint Quentin et spécialiste des États-Unis.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

Le témoignage poignant du détenu (politique) 'Cheikh Bi'

Le témoignage poignant du détenu (politique) 'Cheikh Bi'

Nécrologie: Prince Fadiga, le jeune 'marié' à 16 ans n'est plus

Nécrologie: Prince Fadiga, le jeune 'marié' à 16 ans n'est plus

'Dimanche non électoral' : ce qu'ont déposé les 16 candidats au C.C

'Dimanche non électoral' : ce qu'ont déposé les 16 candidats au C.C

Nigeria : l'armée nigériane dément une tentative de coup d'Etat contre le président Bola Tinubu

Nigeria : l'armée nigériane dément une tentative de coup d'Etat contre le président Bola Tinubu

Un bébé se fait 'décapiter' sous les yeux de son père

Un bébé se fait 'décapiter' sous les yeux de son père

Dialogue : Idrissa Seck (aussi) décline l'invitation de Macky Sall

Dialogue : Idrissa Seck (aussi) décline l'invitation de Macky Sall

Angleterre : un migrant sénégalais condamné à 9 ans

Angleterre : un migrant sénégalais condamné à 9 ans

ADVERTISEMENT