Meurtre de 67 migrants dont deux sénégalais : Jammeh devant la CPI

L’ancien président de la Gambie, Yahya Jammeh sera traduit devant la Cour pénale internationale par le gouvernement gambien.

jammeh yaya

Dans son livre blanc, le nouveau gouvernement accuse Yahya Jammeh de violations graves de droits humains, de torture, de viols et d’avoir ordonné le meurtre de 250 personnes dont plusieurs ressortissants de pays de l’Afrique de l’Ouest qui tentaient de migrer clandestinement vers l’Europe. D’après une source gambienne, il compte en informer la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et l’Union africaine (UA) pour obtenir leur soutien « sous toutes les formes ».

Le Président déchu Jammeh et 13 de ses complices seront poursuivies pour leur rôle… des fosses communes identifiées en Casamance. Il s’agit de Ousman Sonko, Solo Bojang, Malick Jatta (Alfidie), Sanna Manjang, Kawsu Camara (Bombardier), Tumbul Tamba, Bai Lowe, Nuha Badjie, Landing Tamba, Alieu Jeng, Omar A. Jallow (Oya), Buboucarr Jallow, et Lamin Sillah.

La commission a révélé que le 22 juillet 2005, plus de 67 migrants économiques (dont 50 Ghanéens, 7 Nigérians, 2 Sénégalais, 3 Ivoiriens et 2 Togolais) sont entrés en Gambie dans l'espoir de se rendre en Europe via l'océan Atlantique et la mer Méditerranée. Leurs agents leur ont conseillé de se rendre en Gambie où un bateau serait en attente pour les transporter vers l'Europe. Cependant, à leur arrivée, leur agent/passeur les a abandonnés. De nombreux migrants ont ensuite été détenus, perçus comme des mercenaires, arrêtés et exécutés par des agents de l'État gambien comprenant l'unité marine, des policiers de l'Agence nationale de renseignement (NIA), aujourd'hui disparue, et les "Junglers". Le site d'exécution était près d'un ancien puits.

Pour le moment, la justice américaine a saisi sa résidence privée d’une valeur estimée à 3,5 millions de dollars américains, moyennant 1,75 milliard de FCFA. A croire le département américain de la justice, cette propriété située près de Washington, la capitale fédérale, a été acquise avec l’argent de la corruption et de détournement de deniers publics. « Les États-Unis envisagent de vendre la propriété et recommandent que le produit de cette vente soit utilisé au profit du peuple gambien qui a été victime de la corruption et de l’abus de pouvoir exercés par l’ancien président Jammeh », renseigne le Département de la justice.

Recevez nos Top Stories dans votre boîte de réception

Bienvenue dans la communauté Pulse! Nous vous enverrons sur une base quotidienne les dernières nouvelles sur l'actualité le divertissement et plus encore. Ne ratez rien! Rejoignez-nous sur toutes nos autres chaînes - Restons connectés!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Al Khayri: le chanteur Demba Guissé prend une niarel

Al Khayri: le chanteur Demba Guissé prend une niarel

Hors administration publique : plus de 41 heures de travail

Hors administration publique : plus de 41 heures de travail

Adja Thiaré est toujours hospitalisée

Adja Thiaré est toujours hospitalisée

Le Tchad béni, le Mali banni par la communauté internationale

Le Tchad béni, le Mali banni par la communauté internationale

Pourquoi vous ne devez surtout pas laver ces aliments

Pourquoi vous ne devez surtout pas laver ces aliments

Le fils du ministre Mariama Sarr déféré puis libéré

Le fils du ministre Mariama Sarr déféré puis libéré

Amnistie : Karim Wade menace de démissionner du PDS

Amnistie : Karim Wade menace de démissionner du PDS

Liberté provisoire: Sitor Ndour attend la décision de la chambre d'accusation

Liberté provisoire: Sitor Ndour attend la décision de la chambre d'accusation

Infections urinaires : l'astuce contre les douleurs

Infections urinaires : l'astuce contre les douleurs