L'AMS à la rescousse de Babacar Diop

L’Association des maires du Sénégal (Ams) vole au secours de Babacar Diop, qui est en conflit ouvert avec l’université Iba Der Thiam.

Dr Babacar   Diop

L’affaire prend de nouvelles proportions. Si jusqu’ici, elle était confinée entre l’Université Iba Der Thiam et la mairie de Thiès, l’Association des maires du Sénégal (Ams) fait-elle un clin d’œil au maire de Thiès en lui apportant son soutien sur son différend l’opposant à l’Uidt.

Alors que la Coalition Yewwi askan wi, qui avait porté la candidature de Dr Babacar Diop, s’était démarquée de l’Ams au lendemain des Locales, avec la création du Réseau des élus locaux du Sénégal (Rels).

En tout cas, cette dite association a apporté la première réaction de soutien à l’endroit du maire de Thiès, acculé par l’Uidt depuis sa demande de restitution du bâtiment dit «Auberge des jeunes».

Dans un communiqué, l’Ams a exprimé «sa solidarité et son soutien au maire de la Ville de Thiès à propos de l’occupation du TF 6000/Th sis à Thiès Randoulène Nord». Dans la note, l’Ams estime que «cet espace foncier a fait l’objet d’une acquisition par la Ville de Thiès auprès de la Sidec à l’époque.

Et c’est en mai 2010 que sur demande du ministre en charge des Collectivités territoriales, et pour mettre fin à une tension à l’Université de Thiès, que la Ville de Thiès a mis à la disposition de la Coordination des étudiants de Thiès, ce terrain à titre provisoire. Cette propriété de la Ville de Thiès sur le TF 6000 ne souffre d’aucun doute puisqu’elle est attestée par un état de droits réels délivré par le Conservateur de la propriété et des droits fonciers de Thiès».

ADVERTISEMENT

Et donc, l’Ams invite les autorités universitaires et les syndicats de l’Université de Thiès «à privilégier la concertation responsable avec la municipalité de Thiès afin de conjuguer leurs préoccupations avec les projets de la ville et aboutir à une formule d’occupation de cet espace qui aille dans les intérêts des citoyens de Thiès».

Aux yeux de cette association, qui regroupe les maires du Sénégal, «la clameur médiatique ne pouvant être source de droit». Il exhorte «à la sérénité et à la responsabilité dans cette affaire, ce malentendu ne pouvant pas se régler par presse et déclarations interposées», tout en espérant que son appel sera entendu.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Audience avec Macky : le cinglant démenti du FC25

Audience avec Macky : le cinglant démenti du FC25

Escroquerie portant sur 16 millions FCFA : un charlatan et un enseignant arrêtés !

Escroquerie portant sur 16 millions FCFA : un charlatan et un enseignant arrêtés !

UCAD : les cours en présentiel reprennent le 26 février 2024

UCAD : les cours en présentiel reprennent le 26 février 2024

Liaison maritime Dakar-Ziguinchor : la reprise attendue fin mars

Liaison maritime Dakar-Ziguinchor : la reprise attendue fin mars

Différend avec la CBAO : nouvelle victoire pour Bocar Samba Dièye

Différend avec la CBAO : nouvelle victoire pour Bocar Samba Dièye

Dialogue national : 3 candidats disent OUI, 16 opposent leur veto

Dialogue national : 3 candidats disent OUI, 16 opposent leur veto

Angers-SCO :  Cheikh Ndoye perd son procès en appel

Angers-SCO : Cheikh Ndoye perd son procès en appel

Un scandale financier secoue la fintech WAVE

Un scandale financier secoue la fintech WAVE

Haj 2024 : un quota de 12860 pèlerins, le package fixé à 4.300.000 FCFA

Haj 2024 : un quota de 12860 pèlerins, le package fixé à 4.300.000 FCFA

ADVERTISEMENT