Les conséquences de l’interdiction de vote à Touba

Le Khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké a décidé de la délocalisation des bureaux de vote hors du périmètre de Touba. Une décision aux conséquences politiques.

Serigne Mouhamadou Mountakha Mbacké, à Dakar le 29 mai 2022

Le guide des Mourides a interdit toute activité politique dans la cité religieuse. Et pour matérialiser sa décision, le 8ème khalife de Bamba a ordonné aux Baye Fall de délocaliser l’ensemble des bureaux de vote qui se trouvent dans le périmètre de Touba. Une décision qui fait suite aux troubles récemment constatés dans la cité religieuse.

Au-delà des difficultés liées à la faisabilité et des contraintes sur le déroulement du scrutin, cette décision n’est pas sans incidences politiques, rapporte L'OBS. Aux dernières élections municipales et départementales du 23 janvier, la commune de Touba Mosquée comptait 275 880 électeurs pour 45 lieux de vote, divisés en 602 bureaux.

Les motivations de la décision du Khalife

Député et responsable politique à Touba, Serigne Abdou Bara Dolly Mbacké, candidat déclaré à la Présidentielle de 2024, pointe un doigt accusateur sur la classe politique. « Tout cela n’est que la résultante de la guéguerre Ousmane Sonko-Macky Sall avec les manifestations dans la ville sainte. Il y a eu des actes de sabotage dans la cité religieuse et la sacralité de la ville en a pris un sacré coup », regrette-il.

602 bureaux de vote délocalisés : vers un report de la Présidentielle

ADVERTISEMENT

Selon Serigne Abdou Bara Dolly Mbacké, délocaliser autant de bureaux de vote n’est pas une mince affaire. « Délocaliser 602 bureaux de vote, c’est ne pas aller à la Présidentielle de 2024. Comment faire pour changer la carte électorale ? Mbacké ne peut pas contenir 602 bureaux de vote. La première conséquence sera le report la Présidentielle parce que Touba ne pourra pas voter. »

Du côté du Parti démocratique sénégalais (Pds), l’on se garde de commenter la décision du Khalife. Khadim Tall est le responsable du parti libéral dans la cité religieuse. «Touba est une cité religieuse, une ville spéciale au-delà de la politique, insiste-t-il. Avant d’être des politiciens, nous sommes d’abord des disciples de Serigne Touba, nous n’avons aucun commentaire à faire sur les décisions du Khalife. Nous allons nous conformer au ‘’Ndigel’’. Nous attendons la suite des événements pour savoir ce que nous allons faire et exprimer notre position.»

Techniquement, Babacar Fall, Secrétaire général du Groupe de recherches et d'appui à la démocratie participative et la bonne gouvernance (Gradec), y voit de grosses difficultés du point de vue de la faisabilité.

« Une délocalisation des bureaux de vote de Touba posera de très gros problèmes et va impacter l'élection Présidentielle, à n'en point douter, dans la mesure où Touba est une grande agglomération, la plus importante de la circonscription électorale de Mbacké. On y compte environ 600 bureaux de vote qui sont constitués pour la plupart d'abris provisoires. »

L’expert électoral assure que ce sera très difficile, voire impossible d'ici à la prochaine élection Présidentielle qui va se tenir dans 8 mois. « La commune de Mbacké la plus proche ne dispose pas d'infrastructures pouvant accueillir tous ces bureaux de vote. Au-delà des abris provisoires, il faudra faire une très grande campagne d'information des électeurs de Touba sur les emplacements des nouveaux bureaux de vote même s'il n'est pas nécessaire à mon avis de rééditer de nouvelles cartes d'électeurs. »

Babacar Fall conseille aux acteurs de discuter davantage avec le Khalife. « Cela va poser de gros problèmes en termes d'organisation de l'élection dans ce département de Mbacké. Il faut d'ores et déjà discuter avec l'autorité religieuse de Touba pour trouver une solution à ce problème, car j'estime que peut être le Khalife n'a pas toutes les informations nécessaires sur les conséquences d'une telle mesure. »

Et si le Khalife campe sur sa position ? Babacar Fall : «Ça, c'est autre chose. A l'impossible nul n'est tenu. Si l'élection ne peut pas se tenir à Touba, il faudra se résigner à trouver des espaces à Mbacké pour y loger les bureaux de vote, très certainement des abris provisoires. Cependant, cela risque de créer les conditions d'insécurité quand on connaît la densité électorale de ce département qui, du point de vue de son poids électoral, est aussi important que Dakar.»

Un avis partagé par un autre expert électoral. Abdou Salam Bass explique : « Délocaliser 600 bureaux de vote, plus de 200 000 électeurs pour aller voter hors de Touba, ça risque de créer beaucoup de problèmes. Il faut s’attendre à ce que tout le monde ne puisse pas voter à temps opportun. Est-ce que les autres contrées ont des réceptifs qui pourront accueillir des bureaux de vote ? Dans un centre de vote, il peut y avoir 20 bureaux de vote et la plupart, c’est des abris provisoires. Il risque d’y avoir d’énormes difficultés. Il faut que les autorités supplient le Khalife de revoir sa position et d’appeler les gens à aller voter dans la paix et rentrer tranquillement chez eux. »

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

5 aliments qui détruisent et aident le foie

5 aliments qui détruisent et aident le foie

Les prévisions de la Météo dans les prochaines 24 heures

Les prévisions de la Météo dans les prochaines 24 heures

Après Kroos, un cadre de la Mannschaft prend sa retraite internationale

Après Kroos, un cadre de la Mannschaft prend sa retraite internationale

Cameroun : 172 établissements secondaires fermés

Cameroun : 172 établissements secondaires fermés

Ouagou Niayes : un cartel de narcotrafiquants démantelé

Ouagou Niayes : un cartel de narcotrafiquants démantelé

Après sa victoire sur Tapha Tine, voilà ce que va gagner Balla Gaye

Après sa victoire sur Tapha Tine, voilà ce que va gagner Balla Gaye

Maroc : un influenceur sénégalais se fait expulser par un ex-ministre et sa copine...

Maroc : un influenceur sénégalais se fait expulser par un ex-ministre et sa copine...

Nouvelles inquiétantes sur l'économie sénégalaise

Nouvelles inquiétantes sur l'économie sénégalaise

Altercation au parlement entre les députés sénégalais Guy Sagna et ivoirienne Adjaratou Traoré

Altercation au parlement entre les députés sénégalais Guy Sagna et ivoirienne Adjaratou Traoré

ADVERTISEMENT