Marine Le Pen jugée pour détournement de fonds publics

Marine Le Pen va être renvoyée devant le tribunal correctionnel de Paris à l'automne 2024. Elle est soupçonnée d'avoir participés à un système de détournement de fonds publics européens.

French far-right party Rassemblement National (RN) president Marine Le Pen said the teen is braver than politicians for speaking out

Bientôt devant les juges. Marine Le Pen et 26 autres membres du RN vont être renvoyés devant le tribunal correctionnel de Paris. La présidente du groupe Rassemblement nationale à l'Assemblée nationale et ses collaborateurs sont soupçonnés d'avoir participé à un système de détournement de fonds publics européens entre 2004 et 2016.

D'après une information de Franceinfo vendredi 8 décembre, ils devraient être jugés a du 30 septembre au 27 novembre 2024 pour avoir rémunéré des assistants eurodéputés alors qu'ils travaillaient pour le Front national (ancien nom du RN).

« Conformément aux réquisitions du parquet de la juridiction interrégionale spécialisée financière du parquet de Paris, 28 personnes sont renvoyées devant la juridiction de jugement, parmi lesquelles le Rassemblement national, Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen ou Wallerand de Saint-Just », a indiqué le parquet.

Dans la foulée de cette annonce, le RN a rapidement réagit pour défendre son ancienne candidate à la présidentielle. Le parti assure que Marine Le Pen n'a « commis aucune infraction, ni irrégularité ». « Nous contestons formellement les accusations formulées contre nos députés européens et assistants parlementaires», a commenté le parti d'extrême droite en assurant que ce procès serait « enfin l'occasion » pour les accusés de se défendre sur le fond «et de faire valoir [leurs] arguments de bon sens ».

L'affaire dite des assistants parlementaires avait commencé en mars 2015 lorsque le Parlement européen avait fait un signalement auprès de la justice française sur de possibles irrégularités du FN. L'enquête avait ensuite été confiée à deux juges d'instruction financiers parisiens fin 2016. Malgré plusieurs refus de se présenter devant les juges, Marine Le Pen avait finalement été mise en examen en juin 2017 pour « abus de confiance » et « complicité ». Ces poursuites avaient ensuite été requalifiées en «détournement de fonds publics».

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Une candidate accouche en plein second tour et décrocher son BAC

Une candidate accouche en plein second tour et décrocher son BAC

15 juillet 2019-15 juillet 2024: 5  ans après, OTD commémoré

15 juillet 2019-15 juillet 2024: 5 ans après, OTD commémoré

Schumacher en couple avec un homme: le message émouvant de son fils

Schumacher en couple avec un homme: le message émouvant de son fils

Un membre des Forces spéciales de la Guinée arrêté  à Dakar

Un membre des Forces spéciales de la Guinée arrêté à Dakar

Mariage de Zeyna Ndour: le cadeau surprise de Viviane à Aby Ndour

Mariage de Zeyna Ndour: le cadeau surprise de Viviane à Aby Ndour

Un maire déféré pour falsification de documents administratifs et...

Un "maire" déféré pour falsification de documents administratifs et...

Les clients boudent les hôtels : le Juub Jubbal Jubbanti fait peur

Les clients boudent les hôtels : le "Juub Jubbal Jubbanti" fait peur

L'Argentine remporte sa 16e Copa dans une soirée chaotique

L'Argentine remporte sa 16e Copa dans une soirée chaotique

Imam expulsé de la France : la DIC n'a décelé aucune radicalisation

Imam expulsé de la France : la DIC n'a décelé aucune "radicalisation"