Présidentielle 2024 : Ismaila Madior Fall écarte tout report

Le nouveau ministre de la Justice, Ismaila Madior Fall a écarté tout report de la Présidentielle prévue en février 2024, en raison de la situation du pays.

Ismaila Madior Fall-Macky-Sall-porjets-32-cabinets

Sur ses réseaux sociaux, le candidat déclaré à la Présidentielle de 2024, Boubacar Camara, avait demandé le report de l’élection présidentielle de février 2024. Pour lui, actuellement, ‘’on doit voir comment s’organiser pour un retour au calme. Je pense que dans les conditions actuelles, il n’est pas raisonnable d’exclure le report consensuel de l’élection présidentielle’’.

Après lui, c’est au tour de Souleymane Jules Diop de proposer le report de la Présidentielle; Ce qui est impossible selon Ismaïla Madior Fall, actuel ministre des Affaires étrangères, auteur de la dernière réforme constitutionnelle. In extenso sa tribune publiée ce jour.

"Report de la présidentielle : Une idée saugrenue dont l'Etat n'est pas demandeur Objectivement et subjectivement, la présidentielle du 25 février 2024 ne peut pas être reportée.

1. objectivement, un report de la présidentielle est :

-Juridiquement difficile à envisager, sauf à réviser la Constitution qui fixe l'intervalle temporelle de tenue de celle-ci. Ce qui explique les cas de report de législatives et de locales, mais jamais d'une présidentielle.

ADVERTISEMENT

-Historiquement injustifiable, car en dehors des cas de glissement calendaire (présidentielle de 1968 devant se tenir en décembre comme en 1963 décalée progressivement en janvier en 1973, puis en février à partir de 1978), la date de la présidentielle a toujours été respectée.

-Matériellement, les causes, raisons ou motifs justifiant un report ne sont pas en présence.

2. Subjectivement, l'idée n'intéresse pas l'intéressé, en l'occurrence le Président Macky Sall.

Passionné et vainqueur attitré de compétitions électorales et soucieux d'onction populaire, le Président n'est pas demandeur de demi mandat ou quémandeur de légitimité, à moins que (tel n'est point le cas pour l'instant)l'intérêt supérieur de la nation ne l'y contraigne vraiment.

Toujours sur le registre subjectif, les autres intéressés, candidats dotés d'une présomption de représentativité minimale, ne réclament pas le report.

Le pays, le Président et les candidats sont prêts pour ce rendez-vous historique avec nos concitoyens. Arrêtons d'ergoter et écoutons la voix du peuple le 25 février prochain."

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Cet acteur de Marodi tué dans un accident...

Cet acteur de Marodi tué dans un accident...

Il n'y aura pas de production farine à partir de lundi

Il n'y aura pas de production farine à partir de lundi

Plusieurs cas de Covid chez les pèlerins sénégalais

Plusieurs cas de Covid chez les pèlerins sénégalais

Niger: des militaires enlèvent un préfet et exige la libération de Bazoum

Niger: des militaires enlèvent un préfet et exige la libération de Bazoum

Si vous avez cette caractéristique, vous êtes d'une intelligence supérieure

Si vous avez cette caractéristique, vous êtes d'une intelligence supérieure

Présence militaire : Macron dépêche son envoyé personnel à Dakar

Présence militaire : Macron dépêche son envoyé personnel à Dakar

Guy Marius : «Macron sait que Diomaye balaiera tous les soldats français»

Guy Marius : «Macron sait que Diomaye balaiera tous les soldats français»

Mairie de Ziguinchor : un Conseil municipal convoqué le 27 juin pour remplacer Sonko

Mairie de Ziguinchor : un Conseil municipal convoqué le 27 juin pour remplacer Sonko

Trafic international de drogue : le rappeur AKBess placé sous mandat de dépôt

Trafic international de drogue : le rappeur AKBess placé sous mandat de dépôt

ADVERTISEMENT