Sénégal : le verdict qui a cassé le pays, la bêtise qui insiste toujours

Le pays est à la dérive. Au moins 16 morts après la condamnation d'Ousmane Sonko sur l’affaire qui l'oppose à Adji Sarr qui n'est pas victime de viol comme elle le prétendait.

Emeutes au Sénégal

Avant, il y avait autant ou même plus de victimes. Et ce n'est pas encore fini. L’histoire déclenchée en février-mars 2021, n'a pas encore connu son épilogue. Le verdict qui écarte donc le viol et les menaces de mort, met en exergue le délit peu connu de « corruption de la jeunesse », sonne comme un approfondissement d'une crise déjà exacerbée.

Les maux s’accumulent. Le pays sombre. Ceux qui le dirigent ne voient rien. Ils ne veulent rien voir. C'est le déni. Et le déni, c'est ce qu'on refuse de voir. Rien ne marche, tout est à l’arrêt. Dakar notamment est une ville atteinte. Elle est traumatisée. Elle est tuée. Elle est morte.

Les manifestants étaient en plein dans la stratégie de la terre brûlée. Même l’université est mise à sac. On ne peut pas malheureusement conjuguer au passé car la tension est là. Toujours là. Elle est ravivée par une communication approximative, désarticulée, mal pensée des tenants du pouvoir. Ils mettent de l’huile sur des braises. Leurs paroles épousent leurs actes.

Les morts ne les ébranlent pas manifestement pas. Ils n’ont pas l’attention qu’ils méritent. Si on suit les logiques du ministre de l’Intérieur et de Mame Mbaye Niang, ce sont des bandits qui sont tués car c’est eux qui sont si nombreux dans les moindres recoins de Dakar, Ziguinchor et dans d’autres parties du pays, pour montrer leur colère.

Une position simpliste qui ne résiste pas à l’analyse. Dans toutes les manifestations du monde, chacun vient avec son propre agenda. Il y a certes des bandits et des larcins, peut-être même des « forces occultes », pour reprendre une expression très prisée par Antoine Diome, mais, les jeunes qui sont dans les rues sont bien de chez nous. Ils réagissent par rapport à une situation, à une affaire qui tire en longueur.

ADVERTISEMENT

Une affaire qui touche un opposant très populaire qui a su exploiter toutes les failles d’un régime aveuglé par le besoin pressant d’en finir avec celui qui serait pour eux, derrière des manœuvres insurrectionnelles.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

C'est la France qui a lancé un mandat d'arrêt international contre Gabrielle Kane

C'est la France qui a lancé un mandat d'arrêt international contre Gabrielle Kane

Véhicules de la Présidence volés : Nafissatou Diouf blanchie

Véhicules de la Présidence "volés" : Nafissatou Diouf blanchie

Baisse des prix : le gouvernement  rend publiques ses mesures jeudi 13 juin

Baisse des prix : le gouvernement rend publiques ses mesures jeudi 13 juin

Président Diomaye procède à de nouvelles nominations

Président Diomaye procède à de nouvelles nominations

Les comptes de Walfadjri (aussi)  bloqués

Les comptes de Walfadjri (aussi) bloqués

Séquestration de Paul Pogba : le parquet demande un procès pour son frère Mathias

Séquestration de Paul Pogba : le parquet demande un procès pour son frère Mathias

Dépression du vagin :  une vulvodynie méconnue des femmes

Dépression du vagin : une vulvodynie méconnue des femmes

Touba : un employé d'une école, abuse d'une fille de 9 ans

Touba : un employé d'une école, abuse d'une fille de 9 ans

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

ADVERTISEMENT