Tensions politiques : le Pr Mamadou Diouf prédit des ‘violences incroyables’

À moins d’un an de l’élection présidentielle prévue en février 2024, le climat politique et social reste crispé. L'historien sénégalais et professeur à l’université de Columbia à New York, Mamadou Diouf, craint le pire dans un entretien accordé à RFI mercredi.

Pr Mamadou Diouf
  • Mobilisation des intellectuels

Le Pr Mamadou Diouf estime que la mobilisation des intellectuels est motivée par la tension perceptible au Sénégal ces derniers mois. Selon lui, elle « est annonciatrice de violences qui pourraient être incroyables ». Les intellectuels appellent les acteurs politiques à « revenir à de meilleurs sentiments et créer un environnement pacifique pour les élections à venir » et à « veiller à ce que la démocratie sénégalaise non seulement ne soit pas écornée, mais qu’elle puisse se développer ».

  • Série de violations

Le Pr Diouf a pointé du doigt une série de violations. Selon lui, la plus importante d’entre elles est relative à « la question du troisième mandat, notamment l’idée d’une candidature de l’actuel président (Macky Sall) ». « La deuxième chose, qui est beaucoup plus générale, c’est le non-respect des dispositions constitutionnelles, le droit de manifester, le droit à s’opposer. Et la troisième chose, c’est le recours à la répression, le recours à la police, le recours à la justice, pour éliminer les opposants et éliminer les principaux candidats à la présidence de la République », poursuit-il.

  • Instrumentalisation de la justice
ADVERTISEMENT

Pour l’universitaire, l’Instrumentalisation de la justice n’est pas un phénomène nouveau au Sénégal, « mais à ce point-là, c’est inédit. Ce qui est aussi inédit, c’est qu’aujourd’hui, les gens n’acceptent plus cela, c’est cela qui crée cette situation qui est une situation de tensions ».

  • Appel au respect de la Constitution

Le Pr Mamadou Diouf et certains intellectuels qui ont récemment une pétition pour alerter sur la situation politico-sociale qui prévaut au Sénégal appellent « au respect de la Constitution, qui dit que le président Macky Sall ne peut pas se représenter, le respect du droit des opposants à s’opposer sans qu’on ne mobilise la justice pour, en fait, les éliminer ». L’historien estime que cet appel s’adresse également à l’opposition et à l’ensemble des acteurs sénégalais.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Cet acteur de Marodi tué dans un accident...

Cet acteur de Marodi tué dans un accident...

Il n'y aura pas de production farine à partir de lundi

Il n'y aura pas de production farine à partir de lundi

Plusieurs cas de Covid chez les pèlerins sénégalais

Plusieurs cas de Covid chez les pèlerins sénégalais

Niger: des militaires enlèvent un préfet et exige la libération de Bazoum

Niger: des militaires enlèvent un préfet et exige la libération de Bazoum

Si vous avez cette caractéristique, vous êtes d'une intelligence supérieure

Si vous avez cette caractéristique, vous êtes d'une intelligence supérieure

Présence militaire : Macron dépêche son envoyé personnel à Dakar

Présence militaire : Macron dépêche son envoyé personnel à Dakar

Guy Marius : «Macron sait que Diomaye balaiera tous les soldats français»

Guy Marius : «Macron sait que Diomaye balaiera tous les soldats français»

Mairie de Ziguinchor : un Conseil municipal convoqué le 27 juin pour remplacer Sonko

Mairie de Ziguinchor : un Conseil municipal convoqué le 27 juin pour remplacer Sonko

Trafic international de drogue : le rappeur AKBess placé sous mandat de dépôt

Trafic international de drogue : le rappeur AKBess placé sous mandat de dépôt

ADVERTISEMENT