Vers le retour du Sénat : rien qu’un embrouillamini institutionnel !

Après le scrutin relatif à l’élection des conseillers du Hcct, le maire de Wakhinane Nimzatt a annoncé un probable retour du Sénat.

senat

« La démocratie, c’est la qualité de participation citoyenne. Ça ne peut pas s’évaluer en termes de milliards. Il y a des pays où il y a le Sénat. Macky a éliminé le Sénat. Pourquoi on n’a pas salué ce geste à l’époque ? Macky Sall, il se pourrait même qu’il fasse revenir le Sénat parce que c’est une deuxième chambre qui est extrêmement importante », a-t-il déclaré.

Le Sénat, tel un phœnix, renaitra-t-il de ses cendres ? En effet, la sortie du DG de la Rts s’apparente à un ballon de sonde lancé à la population pour savoir son opinion sur la restauration du Sénat. Une institution que le président de la République avait gelée du paysage institutionnel, dès le début de son magistère à cause des inondations.

Et si Macky Sall se rebiffe et se dit favorable à sa renaissance. Face la conjoncture économique extrêmement difficile, aucune réalité sociopolitique, Monsieur le président de la République, ne parait pouvoir justifier le retour du Sénat.

Inopportun et inutilement budgétivore ! Notre démocratie souffre moins de l'insuffisance du nombre d'institutions que de leur dysfonctionnement. Déjà que bon nombre de Sénégalais posent la question sur l'importance du Hcct, la restauration d'un Sénat vient en rajouter à cet embrouillamini.

Car difficile sera de convaincre, malgré toute la casuistique déployée par Racine Talla, que cette Haute Chambre n'est rien d'autre qu'une trouvaille pour offrir des parachutes dorés à certains caciques du système en manque de postes.

Le Sénat ne serait rien d’autre qu’une dernière trouvaille d’une coalition dénommée Bby pour caser ses vieilles machines politiques. N'auriez-vous pas été beaucoup plus inspiré, Monsieur le Président, en fournissant à l'Assemblée nationale de quoi jouer pleinement son rôle, en dotant par exemple chaque député de moyens institutionnels et humains pour un meilleur rendement parlementaire ?

En plus de cette inutilité et de cette inopportunité, ou peut-être en raison d’elles, le Sénat est une institution budgétivore. Non pas parce que 4 ou 5 milliards FCFA (le budget à l’époque) sont trop pour la démocratie, mais parce que le Sénat, en tant qu’institution, ne présente en lui-même, aucune utilité marginale pour notre démocratie.

En effet, de façon intrinsèque, le Sénat n’a aucun apport, aucune valeur ajoutée. L’existence du Sénat n’ajoutera rien à notre démocratie, tout comme son inexistence ne lui enlèvera rien.

Dès lors, il n’est pas raisonnable de faire une quelconque dépense pour mettre en place une institution dont on a du mal à percevoir ce qu’elle peut apporter par elle-même.

Un homme économiquement rationnel se pose la question suivante lorsqu’il veut faire une dépense : qu’est-ce que cette dépense m’apportera que je n’ai pas sans elle ? Si l’on accepte de se poser la même question à propos du Sénat, alors il sera facile de comprendre que sa mise en place est un luxe que la situation extrêmement difficile que vit le Sénégal, n’autorise pas.

Recevez nos Top Stories dans votre boîte de réception

Bienvenue dans la communauté Pulse! Nous vous enverrons sur une base quotidienne les dernières nouvelles sur l'actualité le divertissement et plus encore. Ne ratez rien! Rejoignez-nous sur toutes nos autres chaînes - Restons connectés!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Le fils de ce ministre percute un scootériste, il conduisait un véhicule du Palais

Le fils de ce ministre percute un scootériste, il conduisait un véhicule du Palais

Afrique de l'Ouest et du Centre : plus de 80% des citoyens veulent une monnaie unique

Afrique de l'Ouest et du Centre : plus de 80% des citoyens veulent une monnaie unique

Pape Diouf immortalisé en Côte d’Ivoire

Pape Diouf immortalisé en Côte d’Ivoire

CAN 2025 : la CAF retire l'organisation à la Guinée

CAN 2025 : la CAF retire l'organisation à la Guinée

Rentrée des classes : 3.810.000 élèves et 91.967 enseignants attendus

Rentrée des classes : 3.810.000 élèves et 91.967 enseignants attendus

Affaire Kalifone : L'avocat de Adja Thiaré devant le Conseil de discipline

Affaire Kalifone : L'avocat de Adja Thiaré devant le Conseil de discipline

Santé : une grève illimitée envisagée

Santé : une grève illimitée envisagée

Burkina : Ibrahim Traoré proclamé président, Damiba déchu

Burkina : Ibrahim Traoré proclamé président, Damiba déchu

'Je reparlerai à Macky quand il ne sera plus Président'

'Je reparlerai à Macky quand il ne sera plus Président'