Armement : après Petit Boubé, un fabricant d'armes en Chine débarque au Sénégal

Le géant chinois China North Industries Corporation (Norinco), qui vend des chars, des blindés, de l'artillerie, des armes et du matériel de maintien de l'ordre, vient de s'implanter au Maroc, a rapporté le quotidien chinois South China Morning Post

Norinco, géant chinois de l’armement

Alors que l'on n'a pas fini sur le nébuleux contrat d'armement de 45 milliards FCFA signé entre le Sénégal et Petit Boubé, le géant chinois de l’armement Norinco s’implante au Sénégal. Norinco s’apprête à décrocher un juteux marché. 45 millions de dollars soit 27.318.489.030 FCFA, c’est le montant du contrat liant la gendarmerie sénégalaise au géant chinois Norinco pour l’acquisition de drones à hélices Golden Eagle CR500, a révélé Les Echos.

Ces drones devraient être utilisés dans le cadre de missions de reconnaissance et éventuellement d'attaque, car ils peuvent aussi embarquer de l'armement. Alors que les négociations se sont accélérées entre Norinco et la gendarmerie sénégalaise et que le projet est en phase de finalisation, un nouveau rapport de «Défense Military Africa» renseigne que le conglomérat de défense public chinois Norinco qui a ouvert un bureau de vente à Dakar, défiant ainsi les fournisseurs d’armes français et russes.

L’entreprise chinoise, apprend-on, fait de la conquête du marché sénégalais un objectif prioritaire. En effet, selon un nouveau rapport du groupe «Military Africa», le conglomérat de défense public chinois Norinco a ouvert un bureau de vente à Dakar, défiant ainsi les fournisseurs d’armes français et russes. Les analystes ont déclaré que China North Industries Corporation, ou Norinco, utilise ce nouveau bureau pour l'aider à étendre ses opérations de fourniture militaire dans la région, où la Chine a de vastes intérêts économiques, notamment dans des pays comme le Mali, le Niger, le Burkina Faso et la Guinée, qui ont récemment été frappés par des coups d'État militaires.

Selon la publication de défense Military Africa, Norinco vise également à s’implanter au Mali et en Côte d’Ivoire – des pays où l’entrepreneur militaire chinois est déjà présent sur le marché grâce à la vente d’armes. Il prévoit également de créer des centres de maintenance, de réparation et de révision des véhicules et équipements militaires dans ces pays d'Afrique de l'Ouest. Norinco possède déjà des bureaux régionaux au Nigeria, en Angola et en Afrique du Sud. Au début de cette année, Norinco a fourni au Sénégal des véhicules blindés de combat d'infanterie VN2 et d'autres véhicules de reconnaissance, selon Military Africa.

La société chinoise serait également en pourparlers avec le gouvernement sénégalais pour fournir des armes légères et des munitions au ministère de l'Environnement du pays, rapporte la publication. «La décision d'établir un bureau de vente à Dakar vise essentiellement à capitaliser et à développer cette activité, en particulier à la lumière des lourdes sanctions imposées aux entreprises de défense russes et du sentiment anti-français croissant dans la région qui pourrait compliquer le rôle de la France en tant que partenaire militaire prééminent de bon nombre de ces pays », a déclaré Nantulya, chercheur spécialiste de la Chine au Centre d’études stratégiques pour l’Afrique (CESA), un organisme rattaché au département de la Défense des USA.

ADVERTISEMENT

A noter que Norinco dispose déjà de bureaux en Afrique du Sud, au Nigeria et en Angola.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT