'Avortements clandestins' : l'autre horrible découverte à la Pouponnière 'Keur Yeurmandé'

Les nounous de la pouponnière "Keur Yeurmandé" de Ndella Madior Diouf ont encore fait des révélations horribles lors de leur audition à la Sûreté urbaine.

Ndella Madior

Ndella Madior Diouf fait l’objet d’un deuxième retour de parquet. Sa garde à vue a été prolongée jusqu'à mardi 26 décembre 2023. La patronne de Saphyr Fm et de la pouponnière "Keur Yeurmandé" détenue dans les locaux de la Sûreté Urbaine est poursuivie par une dame qui lui réclame la restitution de son enfant. Mais, cette dernière s'est vue réclamée par la Pouponnière 5 millions FCFA pour les « frais ».

Me Aboubacry Barro, avocat de la fille Madior Diouf, revenant sur les faits, met à nu toutes les accusations portées à l’encontre de sa cliente., estimant que la plainte n’est pas fondée. " Ma cliente a toujours clamé son innocence et elle a mis en avant sa volonté de venir en aide à des personnes en danger. La femme dont il s’agit qui a porté plainte, a précisé qu’elle n’avait pas les moyens, qu’elle avait peur, et pour faire face, elle s’est adressée à Ndella Madior Diouf. Elle n’a pas eu l’enfant dans le cadre du mariage. Elle a eu peur de l’entourage, elle était désemparée", a confié la robe noire.

Sur ce, ajoute-t-il, Ndella a voulu assister une personne en danger. Malheureusement, après coup, avec le temps, la maman a voulu récupérer son fils et Ndella d’exiger qu’on y mette la forme. Mais il y a bien pire. D’après Libération, un membre du personnel a révélé que des avortements clandestins ont été perpétrés dans la pouponnière « Keur Yeurmandé » avant que Ndella Madior Diouf ne récupère les bébés. "C’était un business pour elle", a lâché un membre du personnel, estimant que Ndella Madior Diouf n’avait aucun sentiment pour les enfants qui évoluaient dans un milieu chaotique.

Depuis 2022, sa pouponnière fonctionnait sans autorisation et dans l'opacité totale. Lors de son audition, Ndella Madior Diouf a confié aux enquêteurs qu'elle avait introduit une demande d'autorisation à cet effet. Ndella Madior ne cessait d’exposer « ses » enfants dans les réseaux sociaux en faisant croire qu’ils avaient des noms de célébrités comme « Marième Faye Sall », « Ousmane Sonko », « Cheikh Kanté », "Bijou Ngoné, « Youssou Ndour »….

Face aux enquêteurs, Ndella Madior a admis que tout ceci était une ambiance, mais les policiers soupçonnent une escroquerie pour capter des fonds. Or, renseigne le personnel, Ndella Madior Diouf recevait énormément d’argent de gens célèbres à qui elle faisait croire que tel ou tel portait son nom.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Le BRT heurte un Jakartaman

Le BRT heurte un Jakartaman

Port de Dakar : plus de 6 milliards FCFA détournés

Port de Dakar : plus de 6 milliards FCFA détournés

Autoroute à péage : un bus prend feu sur l’axe Mbour - Dakar

Autoroute à péage : un bus prend feu sur l’axe Mbour - Dakar

Mutinerie à la prison du Camp pénal

Mutinerie à la prison du Camp pénal

Médina Gounass : le CUDIS invite les parties en conflit à se ressaisir

Médina Gounass : le CUDIS invite les parties en conflit à se ressaisir

Manda Douanes : un marabout assassiné dans sa chambre

Manda Douanes : un marabout assassiné dans sa chambre

En état de grossesse, Aisha Fatty envoyée au Pavillon spécial

En état de grossesse, Aisha Fatty envoyée au Pavillon spécial

Burkina Faso : TV5 Monde Afrique suspendue

Burkina Faso : TV5 Monde Afrique suspendue

L'albinisme : défis et réalités d'une condition peu connue

L'albinisme : défis et réalités d'une condition peu connue

ADVERTISEMENT