Bébé déchiqueté par une machine à laver : les confessions horribles du père

L'horreur a eu lieu à l'hôpital Abass Ndao. Un bébé a été retrouvé mort dans une machine à laver, son corps déchiqueté. Le récit père du nouveau-né de deux ans est glaçant

Abass Ndao

Le mardi 25 juillet dernier, le temps semble s’être arrêté pour le jeune couple Kouderin. Établi au Sénégal depuis plus de 2 ans, Olufuni Jean François et N’houeni Narro Véronique ont perdu leur premier enfant dans des conditions atroces. Né prématuré dans la nuit du Lundi 24 juillet, le bébé de sexe féminin, admis en néonatologie a été retrouvé mort dans une machine à laver.

La machine à laver était dans un programme de lavage de 90 degrés pendant 30 mn

Interrogé par L'Obs, le père du bébé revient sur les circonstances du drame. Son récit est effarant : "Le corps a été complètement segmenté. Le crâne brisé et l’estomac déchiré. La machine à laver était dans un programme de lavage de 90 degrés pendant trente minutes. Donc, l’enfant a été complètement déchiqueté. Il n’y avait plus que ses restes. Ils ont été ramassés et mis dans un sachet", a-t-il confié.

Trois arrestations

Trois personnes ont été entendues et arrêtées.. Il s’agit de la dame qui a passé la nuit avec l’enfant et qui a trente ans d’expérience, celui qui a ramassé le linge de l’entrée jusqu’à la lingerie, et celui qui est à la buanderie et qui a mis le linge dans la machine sans trier. Maintenant, comment le corps s’est retrouvé dans la machine ? "Jusqu’à présent, on ne le sait pas", dit-il, avant de s'interroger : "Est-ce que le bébé était déjà mort avant d’être mis dans la machine ? On ne le sait pas non plus. Nos questions n’ont toujours pas de réponses. Jusqu’à présent, je n’ai pas vu le corps."

ADVERTISEMENT

"Le bébé peut être confondu"

Mais, ajoute-t-il, e directeur leur a confirmé, samedi, qu’il ne peut y avoir de risque de confusion. "Les bébés qui sortent de la salle d’accouchement sont automatiquement identifiés. Nous lui avons dit que nous allions pratiquer un test Adn pour avoir le cœur net. Ils nous ont dit qu’il va falloir adresser une demande au parquet."

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT