ADVERTISEMENT

Le sérieux violé… [Opinion]

La sale histoire d'accusation de viol suivi de grossesse et d'accouchement fait actuellement la Une des médias, anime les réseaux sociaux sénégalais, suscite passion et colère.

Affaire-Miss-Sénégal-2020

...

ADVERTISEMENT

Elle sera encore des jours durant en "vogue", avant qu'une autre information plus retentissante ne vienne la supplanter. C'est la loi de l'espace public au Sénégal, plus qu'ailleurs. Une bêtise en chasse toujours une autre. De manière expéditive.

Malheureusement, au-delà des discussions du moment, de l'actualité factuelle, aucune résolution ne sortira de ce brouhaha. D'autres faits analogues ont connu le même sort. Pourtant, les choses sont assez graves. Même s'il est pour le moment, très tôt d'accuser de manière péremptoire l'organisatrice de Miss Sénégal de proxénétisme, d'avoir livré des filles innocentes, naïves, il est clair qu'Aminata Badiane a fait l'apologie du viol. Sa communication a été désastreuse, irresponsable, très peu réfléchie. La série de récriminations, la levée de boucliers, les critiques acerbes qu'elle essuie sont bien méritées. Tout cela montre qu'elle n'est pas à la hauteur des enjeux. Tout cela pose les questions de profilage, le choix des personnes qui doivent gouverner des organisations et mener des hommes et femmes. La rigueur, le parcours, l'expérience, la crédibilité, l'honnêteté qui doivent présider à cette sélection ne sont la plupart du temps, pas de mise. Le pilotage-à-vue, l'audace, la témérité, le lobbying de mauvais aloi paient plus. Le sérieux est violé, volé. Résultat des courses : la catastrophe, la déception, l'échec cuisant, la honte…

On ne peut être sous les feux de la rampe, en pleine lumière, sans au préalable avoir les épaules assez larges et une tête qui reste au dessus. Les filles prétendantes à ce concours de Miss, ne sont préparées ni au succès ni à la déconvenue ni à faire face aux indélicats, ces êtres impitoyables qui agissent froidement pour atteindre leur cible. Les parents sont responsables en grande partie . La naïveté, la cupidité, la recherche aveugle de reconnaissance, de popularité, de buzz, conduisent à une vie infernale Ici-bas. Que Dieu nous pardonne pour l'Au-delà !

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Voici pourquoi nous détestons travailler le lundi matin

Voici pourquoi nous détestons travailler le lundi matin

Dix inventions de l'Égypte ancienne encore utilisées toujours

Dix inventions de l'Égypte ancienne encore utilisées toujours

Port de Ndayane : les travaux physiques démarrent ce mois-ci

Port de Ndayane : les travaux physiques démarrent ce mois-ci

Le Sénégal 'à nouveau' champion d'Afrique !

Le Sénégal 'à nouveau' champion d'Afrique !

CHAN 2022 : le onze du Sénégal pour affronter l'Algérie

CHAN 2022 : le onze du Sénégal pour affronter l'Algérie

Sexo : ces phrases à ne jamais dire au lit, selon une sexologue

Sexo : ces phrases à ne jamais dire au lit, selon une sexologue

Dieng crache sur Longoria : 'il ne dit pas la vérité'

Dieng crache sur Longoria : 'il ne dit pas la vérité'

Renvoi en chambre criminelle : Sonko fixé le 9 février 2023

Renvoi en chambre criminelle : Sonko fixé le 9 février 2023

Didier Awadi ressuscite le panafricanisme

Didier Awadi ressuscite le panafricanisme

ADVERTISEMENT