Nder Peulh : paniqués, 3 membres d’une famille décèdent lors d'une opération de la gendarmerie

Les habitants de Nder Peulh, une localité située dans la commune de Darou Mouhty ne vont pas oublier de sitôt la tragédie qui frappe leur village dans les journées du jeudi 9 au vendredi 10 Mai 2024, d'après le récit de Seneweb.

Gendarmerie sénégalaise

En l’espace de deux jours, la localité a enregistré trois décès des membres d'une même famille après la visite musclée des éléments de la gendarmerie pour cueillir un jeune du village. Tout a commencé le jeudi 9 Mai vers 14 heures quand des gendarmes de la brigade de Darou Moukhty ont effectué une descente inopinée dans le village pour interpeller un jeune du nom de Ousmane Sow. Ce dernier a été accusé dans une affaire de vol présumé de cheval.

Son arrestation a viré au drame car son homonyme Ousmane Sow âgé de 93 ans a piqué une crise cardiaque avant de rendre l’âme quelques minutes plus tard. Sa dépouille a été acheminée au centre de santé de Mbacké Cadior où le certificat de genre de mort atteste d’une mort par arrêt cardiaque après un malaise.

L’octogénaire a été inhumé le lendemain 10 mai. Malheureusement un autre drame surviendra après le retour de cimetière, des personnes parties à l’enterrement. Son petit-fils Abdou Aziz Sow âgé de 16 ans a perdu la vie en se donnant des coups de couteau au moment où il tombait en transe.

Comme un malheur n’arrive jamais seul, une femme enceinte de 04 mois et épouse de l’un des petits-fils du défunt Ousmane Sow a fait une fausse couche le même jour après le décès du jeune Abdou Aziz Sow .

ADVERTISEMENT

Selon une source familiale, la jeune dame ne pouvait pas supporter la tragédie qui frappe le village de Nder Peulh où les habitants menacent de porter plainte contre les hommes en bleu de la brigade de gendarmerie de Darou Moukhty. Ces derniers sont accusés d’être à l’origine du drame noté à Nder Peulh.

Retenons que trois individus de Nder Peulh dont le jeune Ousmane Sow ont été déférés au parquet de Louga. Ils sont par la suite placés sous contrôle judiciaire après leur face-à-face avec le juge du deuxième cabinet du Tribunal de Grande instance de Louga.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT