Son mari favorise la 'niarel', la 'Awo' s'immole par le feu

Une femme s’est immolée par le feu après s’être aspergée volontairement d’essence. Les faits ont eu lieu à Kébémer.

immolation

I. Nd. mère de six enfants s’est donné la mort en s’immolant par le feu pour protester contre le comportement violent et irrespectueux de son mari. D'après des sources de L'OBS, la dame et son mari entretenaient des relations conflictuelles.

Ce jour, couché sur son lit, le mari D. B. a échangé quelques propos avec sa première femme (Awo). Entrée dans une colère noire, I. Nd., qui ne pouvait plus se contrôler, est subitement entrée dans la salle de bain. La minute d'après, elle est ressortie en tenant entre ses mains une bouteille contenant de l'essence.

Sans hésiter, elle asperge tout son corps avec le liquide inflammable avant d'utiliser une boite d'allumettes pour brûler ses habits. Son mari, qui assistait à l'horrible scène, au lieu de la sauver, est sorti, dit-il, "chercher du secours".

Quand les "sauveteurs" sont arrivés, il était trop tard. La "Awo" a été brûlée à 80%. Evacuée à l'hôpital de Louga, elle succombera à ses brûlures trois jours plus tard. Seulement avant qu'elle ne rende l'âme, elle a confié aux enquêteurs les raisons pour lesquelles elle a voulu abréger sa vie.

"Mon mari ne me respecte pas et n'a aucune considération à mon égard. Il me rend la vie dure. Pour un rien, il s'acharne sur moi. Il favorise ma co-épouse. Ne pouvant plus supporter cette humiliation, j'ai décidé de m'immoler par le feu pour avoir la paix", a-t-elle confié sur son lit de mort.

ADVERTISEMENT

Le mari qui n'avait pas jugé utile de porter secours à sa femme, a été arrêté. Il a confié "avoir sorti de la maison pour alerter le voisinage, parce qu'il ne veut pas que la police l'accuse d'avoir immolé sa femme". Il précise qu'il ne pensait pas que sa "Awo" allait se suicider et que s'il avait su qu'elle allait mourir, il allait la retenir.

Au terme de la garde à vue, il a été déféré au parquet pour non assistance à personne en danger et violence et voie de fait.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT