Yarakh : la maman divorcée faisait vendre de l’alcool à son fils mineur

La mère de famille, Awa Bâ, divorcée et maman de 5 bouts bois de Dieu, a été arrêtée pour avoir fait vendre à son fils de 15 ans de l'alcool dans la rue. Les faits ont eu lieu à Yarakh.

Though he didn't have a background in alcohol production, Schlein couldn't help but be drawn into the history of the land.

Awa Ba, une mère de cinq enfants, a été jugée hier jeudi 10 aout à la barre du tribunal d'instance de Dakar. Elle a été interpellée à Yarakh pour avoir exposé son fils mineur à la vente de boissons alcoolisées dans la rue. Cette tentative désespérée de subvenir aux besoins de sa famille l'a conduite devant les tribunaux, où elle risque désormais une peine de prison ferme.

Selon « Les Échos », la dame Awa Ba les larmes coulant à flots a raconté son histoire. Divorcée et mère de cinq enfants, elle est confrontée à des difficultés financières. A en croire ses dires, elle s’est tournée vers la vente d’alcool comme solution désespérée pour subvenir aux besoins de sa famille.

Cependant, elle n'a pas obtenu l'autorisation requise pour exploiter un tel commerce, ce qui l'a exposée à des problèmes judiciaires. Les faits se sont aggravés lorsque Awa Ba est tombée malade et a demandé à son fils mineur âgé de 15 ans de prendre sa place. L'adolescent a ainsi vendu de l'alcool, contenu dans un seau, dans la rue. Des agents de police ont rapidement repéré cette activité illicite, entraînant l'interpellation du jeune garçon.

Interrogé le jeune garçon a dénoncé sa mère, Awa Ba. Lors de son interrogatoire, elle a admis avoir acheté l'alcool dans un dépôt situé à Castors. Toutefois, la mise en cause a plaidé son ignorance quant à l'illégalité de ses actes et a exprimé des remords sincères, expliquant que sa maladie l'avait contrainte à confier cette tâche à son fils.

La représentante du procureur a requis une peine d'un mois de prison ferme à l'encontre d'Awa Ba. Délibéré le 17 août 2023.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT