Eriksen : « J’étais mort pendant 3 minutes »

Le footballeur danois Christian Eriksen a détaillé pour la première fois ses souvenirs poignants de « mort pendant trois ou quatre minutes » lorsqu’il a subi un arrêt cardiaque lors de l’affrontement de l’Euro 2020 du Danemark contre la Finlande le 12 juin 2021.

Eriksen de retour à L'Inter Milan

.

La chaîne de télévision danoise DR1 a mené une interview avec l’ancien milieu de terrain de Tottenham et de l’Inter Milan, sa première interview depuis l’incident. Eriksen révèle qu’il veut jouer à la Coupe du monde au Qatar cette année, insistant sur le fait qu’il n’a aucune crainte de subir un autre arrêt cardiaque après avoir eu un ICD (Implantable Cardioverter Defibrillator) installé.

Eriksen a maintenant révélé qu’il cherchait un nouveau club ce mois-ci et se souvient de manière très détaillée de ses souvenirs du jour fatidique. Rappelant la préparation du match, Eriksen a déclaré: « Je me sentais bien, il n’y avait aucune indication de quoi que ce soit. Je me sentais normal, donc je ne l’ai pas vu venir du tout. Je me souviens de la touche de [Joakim] Maehle. Je me souviens avoir été touché par le ballon et je l’ai passé en utilisant mon tibia. J’ai ressenti une petite crampe au mollet puis j’ai perdu connaissance. »

« Je suis sur le dos quand je me réveille. Je les sens presser contre moi. J’ai eu du mal à respirer – puis j’ai entendu des voix faibles et des médecins parler. Je pense, ça ne peut pas être moi allongé ici. Je suis en bonne santé. Ma première pensée est que je me suis cassé le dos. Puis-je bouger mes jambes ? Je peux bouger mes orteils, des petites choses comme ça. Je me souviens de tout, sauf de ces minutes où j’étais au paradis. Quand je me suis réveillé du CPR, c’était comme sortir d’un rêve. J’étais loin. Je ne me souviens de rien, généralement tu te souviens de bribes d’un rêve, mais je ne me souviens de rien du moment où je me suis évanoui. J’ai eu du mal à respirer en revenant et lentement, j’ai vu les médecins m’entourer et j’ai entendu des voix. Quand notre cardiologue dit que j’ai 30 ans, je le corrige et je dis« hé, je n’ai que 29 ans ». J’ai repris connaissance tout de suite », poursuit-il.

«Je me souviens de l’atmosphère », dit-il. « Le linge blanc autour de moi pour me protéger de la vue. Je lève les yeux et vois les fans chanter. Je me fais transporter jusqu’à l’ambulance. Je m’en souviens clairement. Ce n’est que lorsque je suis dans l’ambulance que je me rends compte que j’étais mort. Dans l’ambulance, l’un des ambulanciers demande à notre médecin d’équipe : « Combien de temps est-il resté inconscient, trois à quatre minutes? C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que j’avais perdu connaissance.»

Eriksen admet qu’après avoir réalisé ce qui s’était passé, il était prêt à se retirer du football. « Dans l’ambulance, je me suis dit: ‘Garde mes bottes, je ne jouerai plus’. Je dis la même chose à ma fiancée Sabrina : « Je ne vais pas rejouer, pas du tout ». Le match a repris plus tard dans la journée, le Danemark perdant 1-0 contre ses adversaires, après que le score était de 0-0 lorsqu’Eriksen s’est effondré.

« Alors que j’étais allongé là, l’équipe nationale m’appelle », se souvient Eriksen. « Ils sont sur FaceTime et veulent savoir comment je vais. Devraient-ils continuer à jouer ? Qu’est-ce que je pense? Je leur dis : Ça va aller. Je vais m’en sortir. Pour moi, c’est OK si vous jouez. Mais ils n’auraient pas dû jouer, pas après ce traumatisme. Mais ce [le traumatisme] n’était pas moi. J’avais perdu ces minutes. Je ne savais pas ce qui s’était passé. Je n’ai pas réalisé ce qu’ils avaient vu. J’ai regardé tous les matchs du Danemark, aucun des autres », a-t-il déclaré.

« En tant que personne privée, j’étais heureux qu’ils soient allés si loin, mais en tant que joueur, je voulais être là. Je sentais que c’était juste une petite chose. Je pouvais marcher et je sentais que je pouvais courir. Tout ce que j’avais, c’était une cicatrice et un DAI, c’est tout, mais ce n’était pas le cas. »

Eriksen dit qu’il a une confiance totale dans l’ICD placé dans son cœur et que sa fiancée et sa famille soutiennent sa décision d’essayer de reprendre sa carrière.

« Je suis toujours amoureux du football », a-t-il déclaré. « Je sens qu’ils [sa famille] soutiennent mon désir de rejouer. Si Sabrina avait dit : « Je ne veux plus que tu joues », ce serait une situation très différente. Bien sûr, nous avons un traumatisme depuis le 12 juin, mais depuis lors, nous avons trouvé nos repères pour que Sabrina soit d’accord avec moi pour aller au gymnase pendant quelques heures et sur le terrain d’entraînement. Elle a confiance que quand je pars, je reviens toujours.»

Recevez nos Top Stories dans votre boîte de réception

Bienvenue dans la communauté Pulse! Nous vous enverrons sur une base quotidienne les dernières nouvelles sur l'actualité le divertissement et plus encore. Ne ratez rien! Rejoignez-nous sur toutes nos autres chaînes - Restons connectés!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Une pirogue en provenance du Sénégal interceptée en Espagne avec 69 migrants

Une pirogue en provenance du Sénégal interceptée en Espagne avec 69 migrants

Al Khayri: le chanteur Demba Guissé prend une niarel

Al Khayri: le chanteur Demba Guissé prend une niarel

Hors administration publique : plus de 41 heures de travail

Hors administration publique : plus de 41 heures de travail

Adja Thiaré est toujours hospitalisée

Adja Thiaré est toujours hospitalisée

Le Tchad béni, le Mali banni par la communauté internationale

Le Tchad béni, le Mali banni par la communauté internationale

Pourquoi vous ne devez surtout pas laver ces aliments

Pourquoi vous ne devez surtout pas laver ces aliments

Le fils du ministre Mariama Sarr déféré puis libéré

Le fils du ministre Mariama Sarr déféré puis libéré

Amnistie : Karim Wade menace de démissionner du PDS

Amnistie : Karim Wade menace de démissionner du PDS

Liberté provisoire: Sitor Ndour attend la décision de la chambre d'accusation

Liberté provisoire: Sitor Ndour attend la décision de la chambre d'accusation