L'incroyable confidence de Nicolas Jackson

Il y a six ans, l'attaquant de Chelsea Nicolas Jackson jouait au football pieds nus dans sa ville natale au Sénégal et sa vie était si éloignée de la richesse et du glamour de la Premier League qu'il n'avait jamais possédé une paire de chaussures.

Le voyage de Nicolas Jackson du Sénégal à Stamford Bridge est révélateur CRÉDIT  Jamie Larriman

En effet, le simple fait que Jackson explique à quel point il a eu du mal à s'habituer à jouer avec des chaussures de football est un rappel brutal du chemin parcouru – et de la rapidité avec laquelle il l'a fait – de Ziguinchor, à neuf heures de route au sud de Dakar, jusqu'à Pont de Stamford, via Villarreal.

ADVERTISEMENT

Au cours d'une demi-heure éclairante sur le terrain d'entraînement de Cobham à Chelsea, Jackson a ouvert son chemin vers la Premier League et a fourni à Telegraph Sport des photographies personnelles de l'endroit où tout a commencé et où sa mère, Jeanne Malack, a travaillé jour et nuit. une ferme.

"A Ziguinchor, c'était jouer dans la rue, jouer avec ses amis uniquement", a déclaré Jackson. « Pas de club, je joue juste parce que tu aimes le jeu. Peut-être en jouant, à un euro chacun, les uns contre les autres. S'amuser, jouer sans bottes. Juste pieds nus ou peut-être empruntez-vous les bottes de quelqu'un pour jouer.

Lorsqu'on lui a demandé s'il avait ses propres bottes lorsqu'il était enfant, Jackson a répondu : « Non, les bottes étaient chères. Je jouais avec mes chaussures d'école ou pieds nus. C’était peut-être à 16 ans que j’ai reçu mes premières bottes. Ma mère me les a achetées, elles étaient bon marché, pas comme les bottes originales. C'étaient des bottes d'occasion. Au début, je n'ai pas joué avec eux parce que je n'y étais pas habitué. J'avais l'habitude de jouer pieds nus. Donc ça a pris du temps, c'était un peu bizarre.

ADVERTISEMENT

«Quand j'étais enfant, j'adorais Cristiano Ronaldo. J'avais son nom sur une chemise que je portais toujours. Ce n'est pas une vraie chemise car elles sont chères, donc vous ne les achetez pas. Mais j'avais un maillot que j'ai mis 7, Ronaldo avec un stylo. Je l'ai fait moi-même quand j'étais enfant.

« Bien sûr, je faisais semblant d'être lui, mais c'était difficile de regarder ses matchs car il fallait payer. Nous allions chez mon ami, tout le monde. Nous regardions en grand groupe, jamais avec une seule personne dans la maison. Tous mes amis, nous allions tous dans la même maison pour regarder le Real Madrid.

L'admiration de Jackson pour Ronaldo explique pourquoi il a marqué son premier triplé en carrière , contre Tottenham Hotspur à neuf, avec la célèbre célébration « siuuu » de l'attaquant portugais. "J'ai toujours célébré sa célébration, même lorsque j'étais à Villarreal et que j'ai marqué deux buts", a déclaré Jackson, 22 ans. "Alors quand j'ai réussi un triplé, je devais le faire. Désormais, je ne le ferai que pour les triplés, pas pour chaque but."

"C'était mon premier triplé en carrière. C'était très spécial. Le bal est dans mon salon pour que tout le monde puisse le voir. J’espère qu’il y en aura beaucoup d’autres, mais le premier est toujours très important et j’essaierai de le garder en toute sécurité. Si son ballon avec un triplé aide à représenter le chemin parcouru et ajoute du contexte à la célébration du « siuuu », alors un autre ballon est significatif dans la conviction de Jackson selon laquelle il est né pour être footballeur.

"Ma mère et mon père ont dit que quand j'étais jeune, avant que je parle, ils m'avaient acheté un ballon. Pour me faire dormir, je devais être avec le ballon. J'étais un bébé. Ils n'ont pas pris de photo car il n'y avait pas d'appareil photo, mais je dormais avec un ballon. Si je me réveillais et que je ne voyais pas le ballon, je pleurerais. Tout le monde me l'a dit. Le football était quelque chose que je devais faire. C'est comme si quelque chose que Dieu vous donne et vous dit "tu vas faire ceci".

"Je devais choisir ma propre voie"

Cette détermination et cette conviction ont convaincu Jackson d'abandonner l'école à l'âge de 16 ans, malgré le fait qu'il n'avait jamais joué dans l'une des académies sénégalaises et qu'il n'avait encore suscité l'intérêt d'aucun club professionnel. « Au Sénégal, certains enfants vont dans une académie, mais ma famille, du côté de mon père, ce n'est pas comme s'ils ne voulaient pas que je joue mais c'est comme 'est-ce que tu vas réussir dans le football ?' parce que c'est si dur », a déclaré Jackson.

"Il faut choisir entre aller à l'école ou essayer de jouer au football. J'ai arrêté l'école et tout le monde était en colère contre moi. Si je n’avais pas réussi dans le football, je ne sais pas ce que je ferais. Ils voulaient que j'aille à l'école et que je finisse tout, mais je devais choisir ma propre voie. Je devais me battre et être fort. Je n’allais pas à des fêtes, je ne fumais pas, je ne buvais pas. Je ne l'ai toujours pas fait. J'avais beaucoup d'amis qui faisaient ça, mais je savais que j'étais seul et que si ça ne marchait pas, ça allait être une vie difficile. Je ne suis pas le seul à avoir eu une vie difficile en Afrique, donc je n'avais pas peur de ça."

"Même si elle était en colère contre sa décision d'arrêter l'école, la mère de Jackson a travaillé jour et nuit pour subvenir aux besoins de son fils, qui croit, peu importe combien il gagne à Chelsea, qu'il ne pourra jamais rembourser sa dette envers elle. Vous connaissez les mères, elles font juste ce qu'il faut pour vous", a déclaré Jackson. "Ils vous aiment et ils vous soutiennent toujours. Je n'allais pas à l'école, mais elle me soutenait et m'aidait toujours.

Elle travaillait dans une ferme. Beaucoup de gens cultivaient de l'agriculture là d'où je viens. Elle devrait travailler du matin au soir pour me soutenir. Elle cultiverait puis vendrait. Elle vendait de tout, des arachides, des pastèques. Je jouais au football, je ne vendais pas avec elle et je ne gagnais pas d'argent. Je veux pas qu'elle fasse quoi que ce soit maintenant. Elle est toujours au Sénégal, elle veut travailler, mais je ne veux pas qu'elle le fasse. Elle ne veut pas s'asseoir au même endroit, alors il faudra voir.

Vous ne pouvez pas rembourser votre mère et votre père, jamais. Surtout ta mère parce qu'elle t'a eu dans le ventre pendant neuf mois. Tout ce que vous faites pour elle, cela ne suffira jamais. J'essaie toujours de faire ce que je peux pour la rendre heureuse. Le grand succès de Jackson est survenu lorsqu'il a été repéré par l'ancien attaquant de Fulham Diomansy Kamara et, âgé de 17 ans, il a rejoint Casa Sports, qui évolue dans la première division professionnelle du Sénégal, pour la saison 2018/19. Après un essai à Benfica, il a déménagé à Villarreal en Espagne avant d'être signé pour 32 millions de livres sterling par Chelsea cet été.

"Je jouais dans la rue, mais des agents sont venus regarder les matchs", a expliqué Jackson. « Diomansy a fait un tournoi pour les meilleurs joueurs de Ziguinchor et il vient de m'y voir. De là, je suis passé à Casa en Première Division. Peut-être sept mois là-bas, puis en Espagne. « Je ne suis jamais allé dans une école de football. Je jouais juste dans la rue, j'étais rapide et je pouvais dribbler. Mais quand je suis allé en Espagne, Unai Emery était là et il m'a développé.

Outre la météo anglaise, le plus gros choc pour le système pour Jackson depuis son arrivée à Chelsea a été la surveillance minutieuse placée sur lui et ses coéquipiers. Lors de la défaite contre Brentford, Jackson a été distrait par un supporter qui lui a crié de « se réveiller » alors qu'il parlait à l'entraîneur-chef Mauricio Pochettino et après le match, son instinct de buteur a été remis en question par deux anciens attaquants devenus experts, Alan Shearer et Peter Crouch.

"Au fan, je dois m'excuser", a déclaré Jackson. « Je n’ai jamais eu ça auparavant. À Villarreal, on joue sans trop de pression parce que c'est une équipe différente, mais je sais que ça vient d'un bon endroit. « Normalement, je ne parle pas aux fans et je ne me laisse pas distraire par ce qu'ils disent. Je ne sais pas ce qui m'a pris. Cela a dû être de la frustration. Ce n'est pas une mince affaire, tout le monde au jeu s'attend à ce que vous fassiez ce qu'il veut. C'est parce qu'ils t'aiment, pas parce qu'ils te détestent. Ils veulent que vous les rendiez heureux. Maintenant, je le sais. J'étais à Villarreal, mais c'était un environnement différent. Vous n'avez pas ce genre de choses là-bas. À Chelsea, c'est différent.

Interrogé sur les critiques qu'il a reçues de Shearer et Crouch, Jackson a ajouté : « Cristiano marquait 30 ou 35 buts par saison et les gens le critiquaient. Vous ne l'entendrez jamais en parler, il répondrait simplement par une célébration. Donc ça ne m'affecte pas. J'apprends de lui, je ne répondrais jamais aux critiques. Je sais ce que je peux faire, je crois en moi.

Autant de cartons jaunes que de buts

Avant le déplacement de samedi à Newcastle United, Jackson compte sept buts pour Chelsea, dont le dernier contre Manchester City avant la trêve internationale. Il compte également sept cartons jaunes à son actif et a déjà purgé une suspension d'un match après avoir reçu cinq cartons jaunes lors de ses six premiers matches de championnat.

Pochettino a déclaré qu'il infligerait une amende à Jackson pour ses cinq cartons jaunes "pas de la façon dont vous le pensez, ce n'est pas de l'argent" et le joueur pense qu'il a purgé une punition. "Un jour, je courais et je ne savais pas pourquoi", a déclaré Jackson. « Peut-être que c'était ça. J'étais mort ce jour-là, je pense que c'était ma punition. Ils m'ont juste appelé pour que je m'enfuie. J'ai dit "pourquoi, que s'est-il passé", mais j'ai juste dû m'enfuir. C'était des tours, vraiment durs, l'intensité, puis j'étais allongé quand j'ai fini. Je pense que c'était ça.

« L'entraîneur m'a parlé et m'a dit de faire attention. Lorsque vous montrez un carton, vous recevez un carton jaune. C'était l'essentiel. Je prévois de changer cela. Alors Jackson finira-t-il la saison avec plus de buts ou de cartons jaunes ? « Cela ne me dérange pas de recevoir 40 cartons jaunes si je marque 30 buts ! J'ai un objectif [d'objectifs] en tête. Je vous dirai à la fin de la saison si j'y arrive. Je suis convaincu que je le ferai.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Guinée : début d'une grève générale illimitée, deux jeunes tués

Guinée : début d'une grève générale illimitée, deux jeunes tués

Ziguinchor : 9 détenus politiques libérés dont 5 mineurs

Ziguinchor : 9 détenus politiques libérés dont 5 mineurs

Prison de Liberté 6: la vice-coordonnatrice de l’ex Pastef a subi un malaise

Prison de Liberté 6: la vice-coordonnatrice de l’ex Pastef a subi un malaise

Affaire de parfums volés : le lutteur Gris 2 déféré

Affaire de parfums volés : le lutteur Gris 2 déféré

Grève générale, villes mortes : Aar Sunu Sénégal paralyse le pays, ce mardi

Grève générale, villes mortes : Aar Sunu Sénégal paralyse le pays, ce mardi

Baidy Amar était interné à cause de sa dépendance à la drogue

Baidy Amar était interné à cause de sa dépendance à la drogue

Une responsable de  PASTEF virée : il aurait reçu 15 millions FCFA du  ministre des Finances

Une responsable de PASTEF virée : il aurait reçu 15 millions FCFA du ministre des Finances

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

ADVERTISEMENT