Présent en conférence de presse avant la réception du Stade Rennais, André Villas-Boas a confirmé son départ à la fin de la saison.

Après une saison 2019-2020 conclue à la deuxième place de Ligue 1 (le championnat avait été arrêté prématurément à cause du Covid-19), l'Olympique de Marseille a plus de mal durant cet exercice, notamment depuis le 16 décembre. Sur les neuf derniers matches toutes compétitions confondues, le club phocéen n'a gagné qu'une seule rencontre, et a surtout perdu contre le PSG lors du Trophée des Champions. Alors forcément, en période de crise, l'avenir d'André Villas-Boas est revenu sur la table, lui qui est en fin de contrat en juin prochain et n'a toujours pas prolongé.

À de nombreuses reprises, le coach portugais avait parlé de son avenir, expliquant que ce n'était pas le moment de parler prolongation : «je ne sais pas, c'est à la direction de savoir si c'est un souci que je sois en fin de contrat. J'ai de bons contacts dans ce club. Il y a beaucoup de coaches en fin de contrat en Europe et bien placés en championnat. Je voulais venir un an et ce n'était pas possible vis à vis de la loi. Si cela avait été possible, j'aurais toujours été en fin de contrat. J'attends la direction. Si on arrive à la fin, on arrive à la fin. Je ne sais pas si je veux prolonger. Ce n'est pas le moment.» Oui mais voilà, les jours passent et rien ne bouge. Et avant de recevoir le Stade Rennais samedi soir dans le cadre de la 22e journée de Ligue 1, André Villas-Boas a envoyé une petite bombe en conférence de presse.

«Vu mes résultats, le chemin logique, c’est une séparation»

Devant les journalistes, l'ancien technicien du Zenit notamment a confirmé son départ à la fin de la saison. «Oui, il n'y a rien d'autre pour moi. Mais je ne demande rien avec la position qu'on a, c'est normal. Mais par rapport à la prestation de cette année, c'est normal aussi. Mais je pense que oui, ça va être la fin. Je ne pense pas que ça soit possible (une prolongation, ndlr). Le chemin à prendre, je pense qu'on est tous d'accord. Avant j'avais les voyages, mes agents ici. Mais regarde, on est à 15 points des objectifs de la saison. Comme je vous l'avais dit, la prochaine année, ça sera l'année zéro pour le club. Ca va être le nettoyage total. C'est bon de créer de bonnes bases pour la suite », a lâché AVB.

Relancé sur le sujet, le principal concerné a poursuivi : «beaucoup d'entraîneurs sont en fin de contrat en juin. Je parle par exemple de Lyon et ça n’affecte pas leurs performances. Ça ne dépend pas de moi, je n'ai jamais reçu d’offre de prolongation. Au 29 janvier, je pense que c’est mort. La question du jour, c’est l’équilibre de l’équipe, le chemin de la victoire. C’est déjà douloureux. La priorité, ce n'est pas moi, c’est le groupe, c'est l’OM, c'est de donner quelque chose aux supporters. Je ne voulais pas que cette conf' tourne autour de ça. Je ne m’attends pas à une prolongation, je n’attends rien, je veux juste une victoire. Si on enchaîne dix victoires et qu’en avril on me propose quelque chose, on verra, je ne sais pas. Je ne mets pas de pression. Je suis responsable. Vu mes résultats, le chemin logique, c’est une séparation.» Voilà qui est clair.