100 stations d'essence et 31 banques pillées, les pertes pour Orange et Wave

Les entreprises privées sénégalaises ont été gravement impactées par les émeutes qui ont éclaté dans le pays depuis jeudi 1er juin dernier. Elles ont perdu des milliards de FCFA en 48 heures.

Emeutes
  • 31 agences bancaires saccagées

Les manifestations ont impacté toutes les opérations bancaires, car on était en fin de mois et en période de Tabaski. Nous avons été obligés de reprendre le dispositif mis en place lors du Covid. On a ouvert les caisses et fermé les autres entités, car il y avait un problème de déplacement, a expliqué Bocar Sy, de l’Association des banques et établissements financiers, repris par Le Quotidien.

Ce sont 14 banques impactées. La Société générale a payé le plus lourd tribut avec 5 agences vandalisées. La nature des dégâts va de la destruction de Gab, d’enseignes et parfois des incendies sont notés. C’était au moment où la banque était ouverte avec des clients à l’intérieur, a expliqué Bocar Sy, de l’Association des banques et établissements financiers. Pour le président de l’Apbefs, le coût de la remise en l’état, ce sont 150 millions par agence, alors qu’on a dénombré 31 agences. Malheureusement, c’est de l’argent qu’on devait investir dans des zones où notre présence laisse à désirer.

  • 100 stations d’essence pillées

Si le secteur ne compte pas les dégâts pour le moment, le patronat des services pétroliers ne peut pas dire la même chose. Plus de 100 stations d’essence ont subi la foudre des pilleurs. Mouhamed Chagouni, le président du Groupement des pétroliers professionnels, est d’ores et déjà convaincu que les dégâts matériels vont dépasser les 3 milliards Cfa. « Il faut noter qu’en 2021, le préjudice subi était de 3, 5 milliards Cfa, alors que le nombre était à 21 stations. On parle de 100 aujourd’hui. Certains gérants ne veulent plus reconstituer leurs capitaux. Ils ne veulent ou n’ont plus les moyens de réinvestir », a-t-il indiqué, en attendant d’avoir une évaluation exacte des dégâts. Mou­hamed Chagouni a appelé l’Etat à payer la dette qu’il leur doit. Le montant est à 145 millards Cfa.

ADVERTISEMENT

Un autre secteur qui n’a pas subi de dégâts matériels qui va payer au prix cher la diffusion des images de pillage et de vandalisme, c’est le tourisme. Même si un chiffre précis expliquant les conséquences n’est pas encore disponible, Aimé Sène des hôtels Fleurs de Lys fait état d’une perte de plus de 300 millions pour son réceptif hôtelier.

  •  300 agents de Auchan au chômage

Des impactés, les grandes surfaces sont les plus mal loties. En effet, Auchan a été obligé de fermer 7 magasins dans la banlieue, tous saccagés. 300 collaborateurs sont en chômage technique. A titre d’exemple, en mars 2021, l’enseigne avait perdu plus de 15 millards pour le pillage de 19 de ses magasins. Supeco, qui a vu ses deux magasins en banlieue saccagés, estime le préjudice à plus d’un milliard, en attendant une évaluation complète.

  • Orange perd plus de 677 millions Cfa, Wave perd 40% de son chiffre d'affaires

Toujours dans la même dynamique, Orange chiffre ses dégâts matériels à plus de 677 millions Cfa. «Notre agence smart store a été complètement détruite aux Parcelles Assainies. Cette agence, inaugurée récemment, nous a coûté 500 millions Cfa. 309 kiosques ont été détruits pour un montant de 154, 5 millions.

Les 309 collaborateurs sont en chômage technique. 3 de nos véhicules ont été incendiés. Nous avons subi des dégâts sur nos matériels d’un montant de 13 millions», a informé le directeur de la communication de Orange.

Qui a informé qu’une évaluation est en cours pour savoir le manque à gagner dû à la coupure d’internet. Par contre, Wave sait que cette mesure a baissé ses activités de 40%, en plus de placer la fintech dans une situation de risque de faillite.

« La coupure d’internet a été problématique. Nous avons constaté une baisse de 40% sur les activités lors des deux jours. Ce chiffre se retrouve au niveau des volumes. Ça impacte les banques, les grands facturiers comme la Senelec. Cette baisse se traduit par des effets sociaux graves. Les Sénégalais qui recevaient soit de l’aide de la diaspora, soit la dépense quotidienne, ont été impactés. Ce sont plus de 7 millions de clients qui ont été touchés », a informé Coura Sène, la Directrice générale.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Pikine : une fabrique artisanale de crème glacée déclenche une vague de maux de ventre

Pikine : une fabrique artisanale de crème glacée déclenche une vague de maux de ventre

Audience avec Macky : le cinglant démenti du FC25

Audience avec Macky : le cinglant démenti du FC25

Escroquerie portant sur 16 millions FCFA : un charlatan et un enseignant arrêtés !

Escroquerie portant sur 16 millions FCFA : un charlatan et un enseignant arrêtés !

UCAD : les cours en présentiel reprennent le 26 février 2024

UCAD : les cours en présentiel reprennent le 26 février 2024

Liaison maritime Dakar-Ziguinchor : la reprise attendue fin mars

Liaison maritime Dakar-Ziguinchor : la reprise attendue fin mars

Différend avec la CBAO : nouvelle victoire pour Bocar Samba Dièye

Différend avec la CBAO : nouvelle victoire pour Bocar Samba Dièye

Dialogue national : 3 candidats disent OUI, 16 opposent leur veto

Dialogue national : 3 candidats disent OUI, 16 opposent leur veto

Angers-SCO :  Cheikh Ndoye perd son procès en appel

Angers-SCO : Cheikh Ndoye perd son procès en appel

Un scandale financier secoue la fintech WAVE

Un scandale financier secoue la fintech WAVE

ADVERTISEMENT