Affaire du "Sukerou Koor" au Port : les vérités du SATS

Le SATS s'est fendu d'une note relative à la violence et saccages perpétrés par des « dockers journaliers.

PORT

Dans la journée du 8 mai 2024, des dockers journaliers sont venus réclamer des droits concernant le versement par le Syndicat des auxiliaires de transport du Sénégal (SATS) de « Sukerou Koor» et de tenues qrelatif à la violence et saccages perpétrés par des « dockers journaliers ». Composés essentiellement de dockers journaliers, communément appelés ''dockers sur carte d'identité'', le SATS souligne que ces dockers ont cru nécessaire de violer tous les principes qui régissent leur secteur.

Dans sa note, le SATS rappelle que près de 40 personnes dont la situation a été jugée « précaire », avaient bénéficié l’année dernière, d'un soutien de la Direction du Port autonome de Dakar (PAD). Une aide composée de denrées comme le riz, le sucre, du café, dattes, entre autres. Estimant que ceci est un droit acquis, ces dockers au comportement non conventionnel et fortement répréhensible, qui n'honore pas notre secteur, au lieu de tenir compte de tous les avantages, en plus du strict respect de la législation en la matière, ont cru devoir user de la démagogie, de l'irresponsabilité et de la violence.

"Ne se limitant pas à cela, ils ont battu et blessé une dame, responsable du pôle administratif du SATS. Ces énergumènes, dont le comportement est aux antipodes des valeurs qui fondent le Port de Dakar, ne peuvent nullement nous nuire, ni remettre en question notre crédibilité acquise avec 28 ans d'expérience", déplore le SATS.

ADVERTISEMENT

Qui ajoute : "Mieux, ils ne peuvent entraver le bon fonctionnement des activités portuaires. Tout en les mettant en garde contre toute action récidiviste, le SATS se donne le droit de porter plainte afin que ce soient traqués ces brigands qui n'ont pas leurs places dans le port. Rien, absolument rien ne sera laissé au hasard pour la réparation du préjudice subi. Et, tout en décidant de se séparer de manière définitive de ces ''faux'' dockers, qui n'ont comme arme que la violence, le SATS tient à faire quelques précisions concernant leurs allégations relatives à un manque de transparence dans le traitement du personnel et/ou de favoritisme, qui sont totalement dénuées de fondement, voire fausses. À la limite, c'est de la pure diffamation."

Le SATS rappelle encore que ces dockers sur « carte d'identité », pour certains, ont respectivement 70.000 francs Cfa/semaine. Mieux, 600 tenues leur sont gratuitement octroyées.- ils bénéficient de 250 cartes Couverture maladie universelle (CMU) pour eux et leurs familles ⁃ 300 moutons pour la Tabaski 2023, avec un remboursement de 5000 francs Cfa, mensuel.

Il y a aussi la prise en charge d'une opération du cœur en faveur d'un parmi eux, pour un montant de 2 millions francs Cfa. Au-delà de ces points susnommés (entre autres avantages consacrés), le SATS tout en continuant de payer selon les règles, autant la prime de salissure que toutes les obligations réglementaires et légales régissant le secteur d’activité, poursuivra dans sa perpétuelle dynamique de motivation du personnel.

Pour finir, le SATS persiste et signe que le décret 94-814 fixant les conditions particulières d'emploi des dockers des port du Sénégal, est scrupuleusement respecté dans le cadre du bon fonctionnement de toutes les activités professionnelles portuaires. À ce propos, nous demandons la révision de ce décret qui date de 1994, pour l’adapter aux réalités actuelles qui sous-tendent les activités professionnelles des ports.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Série d'agressions à Grand-Dakar : un faux policier arrêté avec de la drogue

Série d'agressions à Grand-Dakar : un faux policier arrêté avec de la drogue

Très mauvaise nouvelle pour la Gambienne Aisha Fatty

Très mauvaise nouvelle pour la Gambienne Aisha Fatty

La fille de Mansour Faye, les 25 millions, policiers corrompus : Rebondissement

La fille de Mansour Faye, les 25 millions, policiers corrompus : Rebondissement

Poursuites judiciaires sur les fonds Covid : pourquoi ça coince

Poursuites judiciaires sur les fonds Covid : pourquoi ça coince

Réforme du système judiciaire : le chef de l’Etat appelle à un débat serein

Réforme du système judiciaire : le chef de l’Etat appelle à un débat serein

Journée internationale des casques bleus : trois militaires sénégalais honorés

Journée internationale des casques bleus : trois militaires sénégalais honorés

Saudi Pro League : Edouard Mendy termine la saison avec le plus de clean-sheets

Saudi Pro League : Edouard Mendy termine la saison avec le plus de clean-sheets

Culture : joie d'une mère dont le fils est nommé le plus jeune artiste au monde

Culture : joie d'une mère dont le fils est nommé le plus jeune artiste au monde

Santé : comprendre les troubles du comportement alimentaire (TCA) !

Santé : comprendre les troubles du comportement alimentaire (TCA) !

ADVERTISEMENT