Eau et Assainissement : ce que révèle l'audit de la Cour des comptes

La Cours des comptes, dans un rapport d’audit du secteur de l’eau et l’assainissement rendu public hier, relève « un équilibre financier de la Sones (Société nationale des eaux du Sénégal : Ndlr) encore précaire du fait de l’importance des charges de remboursement de dette ».

Eau et Assainissement

La Cour des comptes de­mande au ministre des Finances et du budget de « veiller à préserver l’équilibre financier de la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones) par une maîtrise de ses charges financières liées aux prêts rétrocédés et la fixation de ratios pour le fonctionnement et les investissements ».

En effet, relève l’institution supérieure de contrôle dans le rapport d’audit du secteur de l’eau et l’assainissement qu’elle a rendu public hier, une insuffisance de ses ressources propres pour faire face à ses char­ges.

« De 2015 à 2019, la moyenne des charges d’investissement, de fonctionnement et de la dette, qui s’établit à 66,8 milliards FCFA rapportée à celle de la redevance de 22,8 milliards de francs CFA, est trois fois plus élevée que cette dernière. Cette situation n’a pas permis à la Sones de couvrir globalement ses charges, qui augmentent plus rapidement que ses revenus. La couverture de ces charges par la redevance a été satisfaite à concurrence de 68% et 81% pour 2015 et 2016 et à moins de 50% pour les exercices 2017, 2018 et 2019 en raison des investissements importants consentis dans la construction de la troisième usine de Kms3 et de l’usine de dessalement des Ma­mel­les.

A cet égard, la Sones n’a pas été en mesure de financer le développement de ses infrastructures à travers la redevance, mais grâce aux concours financiers des Ptf (Partenaires techniques et financiers : Ndrl). Ce constat a pour conséquence un recours significatif à l’emprunt pour financer les investissements dont la charge devient de plus en plus lourde. Par conséquent, l’équilibre financier de la Sones est encore précaire, en particulier du fait de l’importance des charges de remboursement de la dette», mentionne la Cour.

Remboursement des dettes

Les dettes de la Sones, souligne la Cour des comptes, «comprennent les prêts qui lui ont été rétrocédés par l’Etat à l’issue de la réforme du secteur de l’eau intervenue en 1995, ainsi que les prêts directement contractés par elle. La dette rétrocédée contractée par l’ancienne Société nationale d’exploitation des eaux du Sénégal (Sonees) concernait, pour une grande partie, aussi bien l’hydraulique urbaine et rurale, que l’assainissement. Les montants rétrocédés sont compensés dans le cadre de la convention de dettes croisées qui lie l’Etat à la Sones. En vertu des accords de rétrocession, la Sones demeure subrogée aux obligations de l’Etat vis-à-vis du bailleur à des taux variant entre 1 et 7%».

Ainsi note le document, «jusqu’en 2015, les prêts contractés au titre du Programme sectoriel eau (Pse), du Projet eau à long terme (Pelt) et du Programme d’eau potable et d’assainissement du millénaire (Pepam) ont continué à être remboursés par la Sones dont l’endettement s’est alourdi en raison de la prise en charge d’une partie de la dette des sous-secteurs de l’assainissement et de l’hydraulique rurale. Pour éviter de compromettre l’équilibre financier de la Sones, l’Etat a signé quatre conventions d’apurement de dettes croisées avec la Sde, la Sones et l’Onas au titre des arriérés de paiement des factures d’eau pour les gestions 2011, 2012, 2013 et 2014 ».

Cette compensation, d’après les contrôleurs, « a permis à l’Etat et à la Sones de renoncer réciproquement à leurs créances respectives pour un montant global de 26 milliards 389 millions 284 mille 759 francs Cfa ».

Mais, estiment les collaborateurs de Mamadou Faye, président de la Cour des comptes, « ces conditions de rétrocession devraient être bien étudiées pour en limiter les impacts sur l’équilibre financier de la Sones ». Dans ce sens, le ministère des Finances et du budget a expliqué aux vérificateurs de la Cour que ces conditions de rétrocession sont généralement plus douces, sans compter le recours systématique à des conventions de dettes croisées pour leur apurement et qu’il veille à apporter sa contribution au dénouement rapide des soldes en faveur de la Sones, résultant desdites conventions.

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Affaire Amy Ndiaye : les deux députés de PUR arrêtés

Affaire Amy Ndiaye : les deux députés de PUR arrêtés

Mondial 2020 : l'Albiceleste est en quarts

Mondial 2020 : l'Albiceleste est en quarts

MMA : Reug Reug a battu l’Ouzbek Jasur

MMA : Reug Reug a battu l’Ouzbek Jasur

Connexion internet : le Sénégalais utilise 3,41Go par mois

Connexion internet : le Sénégalais utilise 3,41Go par mois

Avant la confrontation avec Adji Sarr : les avocats de Sonko font une nouvelle requête

Avant la confrontation avec Adji Sarr : les avocats de Sonko font une nouvelle requête

Construction de 70 villas F3 et 17 villas F5 : la SICAP épinglée pour un milliard FCFA

Construction de 70 villas F3 et 17 villas F5 : la SICAP épinglée pour un milliard FCFA

Mondial 2022 : La Grande-Bretagne analyse les forces et faiblesses des Lions

Mondial 2022 : La Grande-Bretagne analyse les forces et faiblesses des Lions

Serigne Bassirou Guèye nouveau président de l'OFNAC

Serigne Bassirou Guèye nouveau président de l'OFNAC

Burkina : une tentative de putsch déjouée

Burkina : une tentative de putsch déjouée