Salamata Bocar Sall : une technicienne qui brave tous les préjugés ! [Portrait]

« Petit de taille mais grand d'esprit », cette assertion définit bien cette jeune dame aux qualités énormes. Depuis un bon moment, elle gère et contrôle plusieurs chantiers. Un exercice qui n’est pas facile en plus d’être femme. Salamata Bocar Sall n’est pas complexée ni par son genre, ni par sa taille en accomplissant de grands travaux.

Salamata Bocar Sall dans un chantier à Rufisque

La parité au travail est en marche dans le secteur des BTP au Sénégal. Salamata Bocar Sall, technicienne supérieure en bâtiment est l’incarnation parfaite de cette percée des dames. La grandeur de certaines personnes ne réside pas dans leur taille mais dans l’accomplissement de grandes œuvres. Il ne faut pas regarder à la périphérie de “Sala”, comme l'appellent ses amis. Active depuis un bon moment dans les chantiers de construction, elle met ses compétences pour une bonne conduite des travaux.

Petite de taille, elle ne se laisse pas pour autant « démonter » à cause de son physique. D’ailleurs, c’est une chose qu’elle assume avec fierté : « Les gens me charrient en me disant que tu es petite de taille et tu prétends faire du génie civil. Je vis ça au quotidien en chantier et à l’école. Et ça me donne du courage. Je me dis qu’ils sont moins intelligents que moi. Je suis bien portant. Je peux faire tout ce que les autres font. En plus, c’est un travail scientifique ».

Le « chantier » du genre à reconstruire

Ayant gagné la confiance de ses supérieurs, Salamata a une routine de vie qui tourne autour de différents travaux liés à ce secteur en plein essor au Sénégal. En effet, la jeune fille de teint clair se projette de chantier en chantier au quotidien. Ce qui lui permet « de gagner en expérience et d’accumuler plus de savoir ». Car, selon elle, les contraintes diffèrent d’un terrain à un autre. « Dans le secteur du bâtiment, il s’agit d’une succession de travaux. Avec le temps, on côtoie les chantiers. Nous savons à l’avance ce que nous faisons. Parfois, nous faisons face à des contretemps pour défaut de matériels ou de personnel », a-t-elle dit.

ADVERTISEMENT

Trouvée dans un bâtiment en construction à la cité Sipres, elle conduit les travaux. L’ambiance est bonne et les travailleurs s’activent dans différentes tâches qui leur ont été confiées. Tout en sourire, Moustapha, un des ferrailleurs lui lance ces mots : « C’est elle notre patronne ». Seulement, tous les jours ne sont pas rose pour “Sala”. Dans un secteur dominé par des hommes, il est très difficile pour une femme d’évoluer.

L’explication donnée par Salamata Bocar Sall est que le ''mâle'' n’aime pas se faire dominer. En ce qui concerne le monde du travail et spécifiquement celui des femmes, certains préjugés ont encore la vie dure surtout dans le BTP. Salamata Bocar fait face à cette situation de non-acceptation par les hommes.

« Parfois, on rencontre des difficultés pour donner des ordres aux travailleurs. Pour y arriver, il faut juste être perspicace. Il arrive qu’on s’énerve et sanctionne pour que nul n’ignore la hiérarchie. Mais assez souvent on garde notre calme et privilégions l’écoute et l’échange. Cependant, il n’y a pas de jours qui passe sans que certains ouvriers me rappellent ma condition de femme et mon jeune âge pour donner des ordres à des hommes », explique la cheffe de chantier.

Retour sur un parcours universitaire exemplaire !

Pourtant, cette dame de petite taille a l’expertise pour mener à bien des travaux de construction. La demoiselle Sall avance qu’elle a été préparée à ça à travers sa formation en génie civil. Il faut dire que cette passionnée de BTP a intégré ce secteur par le plus grand hasard. Sa soif de découverte et sa volonté ont été les piliers sur lesquels s’est appuyé Sala pour atteindre ce stade en deux ans de pratique.

« Le choix du génie civil a été furtif parce qu’après l’obtention du BAC, j’ai été orientée dans une filière que je n’aimais pas. Un jour, ma sœur est revenue de séminaire avec les brochures de IPD et j’ai vu la possibilité de formation dans le génie civil. Je me suis documenté avant de me dire : pourquoi pas essayer ? La formation a été bonne pour moi. On apprend beaucoup de choses. Dans les écoles sénégalaises, on favorise plus la théorie que la pratique », raconte Salamata avec fierté.

Ce parcours lui a permis d’être celle sur qui le travail de plusieurs chantiers repose : « Le terrain nous permet de mieux comprendre ce que l’on étudie et gagne plus d’expériences. Je pratique depuis 2 ans. Je bouge beaucoup d’un chantier à un autre. Nous faisons aussi des contrôles, une gestion du personnel, nous suppléons aussi les chefs de chantier en leur absence ».

Aujourd’hui, elle poursuit sa passion mais renforce sa connaissance dans le secteur du génie. En effet, elle est inscrite en Master II en génie civil et en Master II en économie de l’environnement et de développement durable. Consciente que ce n’est pas exercice facile d’allier études et travail, Salamata Bocar Sall ne manque pas de volonté pour atteindre ses objectifs.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Après avoir creusé un trou de 2m, deux enfants mortellement ensevelis sur une plage

Après avoir creusé un trou de 2m, deux enfants mortellement ensevelis sur une plage

Match amical : le Sénégal démarche le Gabon

Match amical : le Sénégal démarche le Gabon

Macky ne fixe pas de date pour la Présidentielle : le FC25 saisit le C.C

Macky ne fixe pas de date pour la Présidentielle : le FC25 saisit le C.C

Macky Sall a quitté Dakar pour Abuja

Macky Sall a quitté Dakar pour Abuja

Nouveau dialogue : 16 candidats déchirent l'invitation de Macky

Nouveau dialogue : 16 candidats déchirent l'invitation de Macky

Dr Bousso : « Le président de la République a fait un hors sujet »

Dr Bousso : « Le président de la République a fait un hors sujet »

Le Sutelec menace de plonger le pays dans le noir

Le Sutelec menace de plonger le pays dans le noir

Le peuple Suri : 6 choses intéressantes que vous ne saviez pas sur cette tribu (Découverte)

Le peuple Suri : 6 choses intéressantes que vous ne saviez pas sur cette tribu (Découverte)

Ndiassane se dote d'un centre de santé

Ndiassane se dote d'un centre de santé

ADVERTISEMENT