La commission ad hoc chargée d'entendre le député Ousmane Sonko et de statuer sur la levée ou non de son immunité parlementaire s'est réunie ce vendredi. Au moment où les parlementaires sont toujours en discussions pour trouver un consensus, un gendarme a été envoyé chez le leader de PASTEF pour lui remettre une convocation à laquelle il devrait répondre lundi. Ce dernier a tout simplement décliné la convocation.

Pour rappel, cette commission composé de onze membres dont huit députés de la majorité, un non inscrit et deux de l’opposition dispose de huit jours pour statuer sur le cas du député Ousmane Sonko, de l’entendre avant de passer, en plénière, pour une éventuelle levée de son immunité parlementaire.

Le leader du parti PASTEF/Les Patriotes est accusé de viols répétés et menaces de mort par Adji Sarr, une jeune masseuse de 21 ans, employée de l’Institut "Sweet beauté spa". De son côté, Sonko réfute totalement ces accusations et dénonce un complot ourdi par le pouvoir en place visant à l’écarter de la présidentielle de 2024.