Le ministre de la Santé et de l’Action sociale a organisé, une réunion avec les membres du Comité national de la gestion des épidémies pour évaluer le travail stratégique mais pour avoir un regard sur la mise en œuvre opérationnelle de la riposte. Selon Abdoulaye Diouf Sarr, ce qui est convenu d’appeler une deuxième vague nous met dans une situation d’évaluer les choses. « Il faut absolument faire en sorte que, conformément aux instructions du chef de l’Etat, tout le dispositif opérationnel au niveau national soit réactivé », a expliqué le ministre de la Santé qui se dit rassuré que le dispositif soit bien en place et que le pays est prêt à recevoir les malades. « Il ne faut pas confondre cause et conséquence. C’est vrai qu’au niveau des CTE, nous avons des prises en charge des malades mais aussi des cas graves, mais en amont, il faut faire en sorte qu’il n’y en ait pas. C’est toute la problématique de la cause et qui renvoie au respect strict des mesures barrières par les populations », a fait savoir le ministre qui, dans le même sillage, a fait noter que cette deuxième vague est plus virulente.

Il n'est pas encore question d'Etat d'urgence

Il ajoute que , à son avis, on ne peut pas économiser le respect des mesures barrières. « Si tous les sénégalais respectent ces mesures, cela aura un impact positif. La situation nous la maîtrisons au niveau opérationnel et au niveau des districts. Donc, c’est prématuré de parler d’état d’urgence car nous maitrisons les choses », dit-il. L’apparition d’une nouvelle souche de Covid-19 a été soulevée, lors de la réunion de crise tenue dans les locaux du ministère de la Santé et de l’Action sociale. « Nous analysons au plan scientifique tout ce qui se passe autour de ce virus et si une situation mérite à ce que le Sénégal prenne une décision, on va la prendre », a rassuré Abdoulaye Diouf Sarr, répondant aux interpellations.

Le Conseil national de gestion de l’épidémie s’est tenu . Au terme de la rencontre, le ministre de la Santé s’est exprimé sur les questions chaudes du moment, dont la posture du Sénégal vis-à-vis de l’Angleterre où une nouvelle souche covid, plus virulente, a été découverte.