Le deuil national est déclaré par un décret signé par le président de la République. Il marque l'hommage de la nation aux victimes d'un événement marquant. Le président Macky Sall, à travers cette décision, veut rendre un hommage national aux victimes des récentes manifestations survenues sur toute l’étendue du territoire national la semaine dernière. Ces incidents survenus dans une période de fortes tensions socio-politiques avaient retenu toute l’opinion nationale et internationale en haleine. Par contre, ce n’est pas la première fois que monsieur Sall prend une décision pareille. Rappel des faits.

2015 : la bousculade de Mouna lors du pèlerinage à la Mecque

Ce fut un évènement très douloureux pour certains et tragique pour d’autres qui ne reverront plus leurs proches. Le bilan est macabre, au total 5 pèlerins sénégalais décédés, 37 disparus selon les officiels sénégalais. Le bilan de la bousculade de Mouna s'était alourdi à 769 morts et 934 blessés, selon le ministre saoudien de la Santé, Khalid al Falih. Cette bousculade fut le deuxième drame à frapper les pèlerins après la chute d’une grue sur la grande mosquée de La Mecque, et le premier mouvement de foule meurtrier dans le cadre du hajj depuis 2006.

Avril 2018 : un incendie ravage le « Daaka » de Médina Gounass

Le feu avait pris à la date du mercredi 12 avril vers 15h, au cinquième jour du Daaka de Medina Gounass, au sud de Tambacounda. Pour rappel, le pèlerinage local attire chaque année des milliers de pèlerins, venus du Sénégal et de la sous-région pour prier ensemble durant dix jours. L’incendie avait fait 22 morts et des dizaines de blessés. Son origine était inconnue et avait lieu en pleine saison sèche, les flammes, soutenues par un vent violent, se sont rapidement propagées dans la brousse. Le feu a ensuite pris partout, parmi les huttes en paille ou en bois qui servaient d’abris aux pèlerins.

Janvier 2018 : la tuerie de Boffa Bayotte

Le président Macky Sall avait aussi décrété un deuil national de deux jours pour honorer la mort de 14 jeunes survenue samedi en Casamance dans le sud du pays. Les victimes de ce drame ne se doutaient pas qu’en allant dans cette forêt ce samedi-là pour chercher du bois, elles auraient rendez-vous avec la mort ou croiseraient sur leur chemin des assaillants qui leur ôteraient la vie. Le gouvernement sénégalais avait dès lors pris « toutes les dispositions pour retrouver et sanctionner » les auteurs de la tuerie dans la forêt classée de Boffa Bayotte à la périphérie de Ziguinchor.