Afrique du Sud: l'ex-présidente de l'Assemblée nationale inculpée pour corruption et blanchiment

En Afrique du Sud, l'ex-présidente de l'Assemblée nationale, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, présentée ce 4 avril 2024 à un tribunal de la capitale Pretoria, a été inculpée pour corruption et blanchiment dans la foulée de son arrestation plus tôt dans la matinée.

Nosiviwe Mapisa-Nqakula

« Mme Mapisa-Nqakula doit répondre de douze chefs d'accusation de corruption et d'un chef de blanchiment d'argent », a déclaré au tribunal le représentant du parquet national sud-africain (NPA), Bheki Manyathi. Les ennuis s'accumulent en Afrique du Sud pour celle qui est désormais l’ex-présidente de l'Assemblée nationale.

Accusée de corruption et de blanchiment d'argent, Nosiviwe Mapisa-Nqakula a démissionné le 3 avril 2024 de son poste. Cette figure de l'African National Congress (ANC), parti au pouvoir, est soupçonnée d'avoir reçu des pots-de-vin pour accorder des contrats militaires. Ce jeudi matin, elle a été présentée à un procureur qui lui a détaillé les chefs d'accusation.

Ceux-ci se sont accumulés contre Nosiviwe Mapisa-Nqakula : douze pour corruption et un pour blanchiment d'argent. Il lui est reproché d'avoir demandé plus de 200 000 euros de pots-de-vin et d'en avoir obtenu la moitié lorsqu'elle était ministre de la Défense. En échange de cet argent, une femme d'affaires obtenait des contrats de sous-traitance avec l'armée sud-africaine, entre 2016 et 2019.

Cette témoin est centrale : elle est poursuivie pour fraude, mais elle a aussi accepté de collaborer avec les enquêteurs. Ce qui fait dire à la défense que le dossier ne repose que sur un témoin.

Libérée sous caution

ADVERTISEMENT

Les avocats de Nosiviwe Mapisa-Nqakula dénoncent un dossier maigre, avec une perquisition qui n'aurait rien donné. « N'allez pas sur ce terrain-là », s'est agacé le représentant du procureur qui assure avoir un dossier très solide et qui rappelle que la défense ne l'a pas encore consulté.

Malgré la gravité des accusations, l'ancienne présidente de l'Assemblée nationale a été libérée sous caution. Elle ne représente pas un risque de fuite et dit vouloir aller au procès. « Je n'ai rien à cacher », assure celle qui se présente désormais comme une modeste retraitée.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Série d'agressions à Grand-Dakar : un faux policier arrêté avec de la drogue

Série d'agressions à Grand-Dakar : un faux policier arrêté avec de la drogue

Très mauvaise nouvelle pour la Gambienne Aisha Fatty

Très mauvaise nouvelle pour la Gambienne Aisha Fatty

La fille de Mansour Faye, les 25 millions, policiers corrompus : Rebondissement

La fille de Mansour Faye, les 25 millions, policiers corrompus : Rebondissement

Poursuites judiciaires sur les fonds Covid : pourquoi ça coince

Poursuites judiciaires sur les fonds Covid : pourquoi ça coince

Réforme du système judiciaire : le chef de l’Etat appelle à un débat serein

Réforme du système judiciaire : le chef de l’Etat appelle à un débat serein

Journée internationale des casques bleus : trois militaires sénégalais honorés

Journée internationale des casques bleus : trois militaires sénégalais honorés

Saudi Pro League : Edouard Mendy termine la saison avec le plus de clean-sheets

Saudi Pro League : Edouard Mendy termine la saison avec le plus de clean-sheets

Culture : joie d'une mère dont le fils est nommé le plus jeune artiste au monde

Culture : joie d'une mère dont le fils est nommé le plus jeune artiste au monde

Santé : comprendre les troubles du comportement alimentaire (TCA) !

Santé : comprendre les troubles du comportement alimentaire (TCA) !

ADVERTISEMENT