Afrique du Sud : nouveau revers judiciaire pour Jacob Zuma

La Haute Cour de Johannesburg a rejeté, mercredi 5 juillet, un recours privé introduit par l’ex-président sud-africain Jacob Zuma contre l’actuel chef de l’État.

Former President Jacob Zuma sentenced to 15 months in jail for contempt

Le jugement de la cour stipule que les poursuites privées intentées par Jacob Zuma sont illégales et inconstitutionnelles. L'octogénaire devra notamment payer les frais de procédure de l'actuel président Cyril Ramaphosa. Zuma soutenait que son successeur à la tête de l'Afrique du Sud n'avait pas agi comme l'exige la procédure lorsqu'il lui avait notifié une prétendue faute professionnelle du procureur Billy Downer.

Cette supposée inaction du président l'aurait alors rendu « coupable de complicité après les faits » selon Jacob Zuma. Le président avait toujours maintenu qu'il avait fait remonter l'alerte de son prédécesseur à la présidence au ministre de la Justice. Il revenait alors à ce dernier de saisir la Legal Practice Council, l'autorité est notamment en charge des juristes dans le pays.

Si la Cour a estimé qu'il était "étrange" que personne ne puisse retracer la destination finale de la saisine ordonnée par Cyril Ramaphosa en août 2021, cela ne permettait pas de déduire le crime dont l'accusait M. Zuma. Elle a par ailleurs souligné une "arrière-pensée" de Jacob Zuma lorsqu'il a engagé la procédure.

L'ancien homme politique a notamment choisi de ne pas poursuivre le ministre de la Justice à qui M. Ramaphosa avait délégué l'alerte de Zuma. La Haute cour de Pietermaritzburg avait rejeté début juin, le recours privé introduit par Jacob Zuma, contre Billy Downer et une journaliste d’investigation. Jacob Zuma, poursuivi dans une affaire de corruption par Billy Downer, l'accusait d’avoir fait “fuiter” dans la presse des informations médicales le concernant.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT