CEDEAO : le Burkina justifie un départ "mûrement réfléchi"

Depuis l’annonce du retrait du Burkina Faso, du Mali et du Niger de la CEDEAO, une vague de réaction secoue l’Afrique. Le premier ministre Burkinabé Apollinaire Joachim Kyélem de Tambèla a justifié une décision mûrement réfléchie.

Le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la junte burkinabè, à Ouagadougou, le 15 octobre 2022, lors du 35e anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara. © Olympia de Maismont / AFP.

Si cette décision était prévisible au vu des évènements juste après le coup d’Etat de juillet dernier au Niger, elle a pris plus de temps que prévu cette décision.

"Le Burkina Faso, le Mali et le Niger, ont pris la décision historique de se retirer de la communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest la CEDEAO. C'est une décision murement réfléchie et précédé d'une analyse assez approfondi du fonctionnement de l'institution, et des conséquences éventuelles de la sortie", déclare le Premier ministre du Burkina Faso, Apollinaire Joachim Kyélem de Tambèla

Les autorités estiment que la CEDEAO s’est déviée de ses objectifs principaux et l'institution ne répond plus aux aspirations des populations du Sahel, d’où la création de l'Alliance des États du Sahel (AES).

"Malheureusement, après 49 ans de fonctionnement, nous constatons avec regret et amertume que la CEDEAO a dévié de ses missions et c'est radicalement éloigné des idéaux de ses pères fondateurs et du panafricanisme". Apollinaire Joachim Kyélem de Tambèla va plus loin. Il accuse l’organisation de non-assistance de la part de l’organisation dans la lutte contre les attaques terroristes dont sont victimes les trois pays depuis des décennies.

ADVERTISEMENT

" En outre, l'organisation communautaire n'a pas réussi, à bâtir cette CEDEAO des peuples tant espérer par nos populations. Elle s'est transformé en un instrument technocratique qui a fini par s’éloigner des aspirations légitimes des populations, de notre espace communautaire. Pour s'en convaincre, nous avons tous noté l’indifférence de la CEDEAO face au massacre de nos vaillantes populations, à la crise humanitaire qui frappe nos concitoyens et aux multiples tentatives de déstabilisation de nos Etats respectifs", explique-t-il.

Le Burkina a déjà envoyé la notification officielle de son départ à l’instance basée à Abuja au Nigéria. Les autorités de ces trois pays ont lancé des appels à des rassemblements d’ampleurs dans les jours à venir pour soutenir leur décision.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Conseil des ministres : Macky a menacé de dissoudre le Conseil constitutionnel si...

Conseil des ministres : Macky a menacé de dissoudre le Conseil constitutionnel si...

Naufrage à Saint-Louis : le bilan s'alourdit à plus d'une vingtaine de morts

Naufrage à Saint-Louis : le bilan s'alourdit à plus d'une vingtaine de morts

Les nominations du conseil des ministres

Les nominations du conseil des ministres

Amnistie : le projet de loi adopté en Conseil des ministres

Amnistie : le projet de loi adopté en Conseil des ministres

Cameroun : Eto'o annonce que Rigobert Song n'est plus le sélectionneur

Cameroun : Eto'o annonce que Rigobert Song n'est plus le sélectionneur

Ziguinchor : des operateurs réclament 2 milliards de francs CFA à la Sonacos

Ziguinchor : des operateurs réclament 2 milliards de francs CFA à la Sonacos

Nouvelle vague de libérations de détenus : Bentaleb Sow et Cie libres

Nouvelle vague de libérations de détenus : Bentaleb Sow et Cie libres

L'influenceuse Awa Baldé, victime de cambriolage

L'influenceuse Awa Baldé, victime de cambriolage

Décès par overdose de Baidy Amar : ses amis déférés

Décès par overdose de Baidy Amar : ses amis déférés

ADVERTISEMENT