Drame de Melilla : Horizon Sans Frontières annonce plus de 200 morts

Le drame qui est survenu au Maroc à Melilla n’a pas fini de dévoiler tous ses secrets.

MELILA

D’après les informations de l’organisation Horizon Sans Frontière, plus de 200 Africains ont été tués dans l’Enclave de Ceuta y Melilla au lieu de 23 victimes.

À en croire le président de ladite organisation, Boubacar Sèye, c’est la raison pour laquelle « leur enterrement a été effectué dans la précipitation sans autopsie ou enquête ». Pour le moment, Hsf renseigne que parmi les pays africains, seule la Gambie a accepté de reconnaitre ses morts, les autres ont « refusé ». Pendant ce temps, « des rescapés Sénégalais seraient empêchés de témoigner pour confirmer les victimes sénégalaises de ce drame », révèle-t-il dans le communiqué.

Des enquêtes tous azimuts réclamées

L’Association des journalistes en migration et sécurité (AJMS) a réagi sur les événements qui sont survenus à Ceuta et à Melilla, vendredi 24 juin 2022, au niveau de la frontière marocaine. Les journalistes en migration ont rigoureusement condamné, ‘’cette immondice de ces puissances qui maltraitent, rejettent et torturent nos frères migrants à la quête d’opportunités pour mieux vivre et a exigé qu’une enquête soit ouverte’’.

L’Association des Journalistes en Migration et Sécurité (AJMS) condamne vigoureusement l'ignominie de ces puissances qui maltraitent, rejettent et torturent nos frères migrants en quête d’opportunités pour mieux vivre’’, a regretté l’association dans un communiqué signé par le président Moussa Seydou Diallo.

ADVERTISEMENT

Par ailleurs, l’AJMS a interpellé les gouvernants africains et les a exhortés à veiller sur l’intégrité physique de leurs ressortissants.

Le Bureau des droits de l’homme de l’ONU et des experts indépendants onusiens ont réclamé l’ouverture d’une « enquête immédiate et indépendante », après la mort d’une vingtaine de migrants qui tentaient de traverser la frontière marocaine vers l'enclave de Melilla sous administration espagnole.

« Nous appelons les deux pays à garantir la tenue d’une enquête efficace et indépendante, première étape pour déterminer les circonstances dans lesquelles il y a eu des morts et des blessés ainsi que toutes les responsabilités éventuelles », a déclaré à Genève une porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDH), Ravina Shamdasani.

L’ONG Otra Africa a aussi réagi à ce sinistre exigeant une enquête. Selon leur président, Souleymane Diallo, plus de 200 jeunes africains ont attaqué les barrières qui séparent la frontière entre le Maroc et l’Espagne.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Ziguinchor : une série de cambriolages et de vols de
motos enregistrée !

Ziguinchor : une série de cambriolages et de vols de motos enregistrée !

Crise scolaire : 7 syndicats en grève générale, jeudi et vendredi

Crise scolaire : 7 syndicats en grève générale, jeudi et vendredi

Mbour: un pêcheur belliqueux condamné à deux ans de prison !

Mbour: un pêcheur belliqueux condamné à deux ans de prison !

Timbuktu Institute : 'la désinformation, une menace pour la cohésion sociale et la démocratie'

Timbuktu Institute : 'la désinformation, une menace pour la cohésion sociale et la démocratie'

Mali: plusieurs soldats tués dans une attaque jihadiste

Mali: plusieurs soldats tués dans une attaque jihadiste

Conseil des ministres : Macky a menacé de dissoudre le Conseil constitutionnel si...

Conseil des ministres : Macky a menacé de dissoudre le Conseil constitutionnel si...

Naufrage à Saint-Louis : le bilan s'alourdit à plus d'une vingtaine de morts

Naufrage à Saint-Louis : le bilan s'alourdit à plus d'une vingtaine de morts

Les nominations du conseil des ministres

Les nominations du conseil des ministres

Amnistie : le projet de loi adopté en Conseil des ministres

Amnistie : le projet de loi adopté en Conseil des ministres

ADVERTISEMENT