Niger : espace aérien fermé face à la menace d'intervention de la CEDEAO

Les militaires au pouvoir au Niger ont fermé l'espace aérien du pays_"compte tenu de la menace d'intervention des pays voisins".

Avion Casa

La télévision d'État nigérienne a annoncé cette mesure dans la nuit de dimanche à lundi, quelques heures avant que la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) n'exige que les putschistes rétablissent le président Mohamed Bazoum, faute de quoi ils devraient recourir à la force militaire.

Dans son allocution télévisée, le porte-parole du coup d'État, le colonel-major Amadou Abdramane, a déclaré : "Le Conseil national pour la sauvegarde de la patrie lance un vibrant appel à sa jeunesse, aux nobles fils et filles de notre pays, pour qu'ils soient prêts à défendre notre patrie". Le CNSP précise que "toute tentative de violation de l'espace aérien" entraînera "une riposte énergique et instantanée".

Il affirme également qu'un "prédéploiement pour la préparation de l'intervention a été faite dans deux pays d'Afrique centrale", sans préciser lesquels. "Tout Etat impliqué sera considéré comme cobelligérant", ajoute-t-il.

Dimanche après-midi, quelque 30 000 partisans du coup d'Etat, dont beaucoup brandissaient des drapeaux du Niger, du Burkina Faso et de Russie, se sont rassemblés en soutien à la junte, dans le plus grand stade du Niger à Niamey.

Le coup d'État du 26 juillet, au cours duquel des soldats mutins ont installé le général Abdourahmane Tchiani à la tête de l'État, ajoute une nouvelle couche de complexité à la région du Sahel de l'Afrique de l'Ouest, qui est aux prises avec des prises de contrôle militaires et la propagation de l'extrémisme islamique.

ADVERTISEMENT

L'Algérie et le Tchad, voisins non membres de la CEDEAO et dotés de puissantes armées dans la région, ont déclaré qu'ils s'opposaient à l'usage de la force ou qu'ils n'interviendraient pas militairement, tandis que le Mali et le Burkina Faso voisins - tous deux dirigés par des juntes - ont déclaré qu'une intervention serait une "déclaration de guerre" à leur encontre également.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT