Sahel : la CEDEAO demande le soutien du Conseil de sécurité de l'ONU

Le Sahel reste en proie à la crise. Conséquence de circonstances complexes. Mardi le responsable du bureau de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest a appelé à un soutien concret, réaliste et à long terme de la part de la région et au-delà" pour parvenir à une paix durable.

Cedeao

« Les 6,3 millions de personnes déplacées à travers le Sahel constituent une autre conséquence humanitaire gravement préoccupante. Un nombre croissant de ces populations forcées de se déplacer trouvent refuge dans les pays côtiers, y compris la Côte d'Ivoire et le Ghana. Je lance un appel à toutes les parties prenantes pour qu'elles conjuguent leurs efforts afin de préserver la dignité des réfugiés et la sécurité des pays d'accueil ou de transit », a déclaré Leonardo Santos Simão, Représentant spécial des Nations Unies et Chef du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel.

Il y a urgence, environ 30 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire dans la région. Mais pas que, les coups d’État dans la zone inquiètent aussi. « Mais excellences, la région est préoccupée par la résurgence des militaires dans l'espace politique. Le fait que trois des 15 pays de la région soient sous régime militaire est révélateur de l'inversion des acquis démocratiques de la région. Pour la CEDEAO, cette situation est inacceptable et tous les pays doivent revenir à l'ordre constitutionnel dans les délais impartis. Votre soutien à la transition vers l'ordre constitutionnel dans les trois pays n'est pas seulement crucial, il est aussi dans notre intérêt collectif », a déclaré Omar Alieu Touray, président de la Commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest.

L’Afrique de l’Ouest peine à conjurer ce mauvais sort. Alors que mercredi le président nigérien faisait face à un mouvement d’humeur de sa garde.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT