Turquie : le fils du président somalien s'enfuit après un accident mortel

Le fils du président somalien, accusé d'homicide involontaire pour avoir renversé et tué un coursier à Istanbul, a pris la fuite et fait l'objet d'un mandat d'arrêt international, rapportent samedi les médias turcs.

Turquie Somalie

L'affaire, dénoncée notamment par le maire d'Istanbul Ekrem Imamoglu, opposant déclaré au président Recep Tayyip Erdogan, suscite beaucoup d'émotion car le suspect, Mohammed Hassan Cheikh Mohamoud, avait été libéré sans contrôle judiciaire après un premier rapport de police, indique notamment le grand quotidien Cumhuriyet.

"Le suspect a quitté la Turquie les mains libres" s'est indigné samedi M. Imamoglu sur le réseau social X : "La mentalité en vigueur (qui) ferme les yeux et permet cette évasion est hélas incapable de défendre les droits de ses citoyens dans son propre pays". Selon le rapport de police cité par la télévision a Haber, le fils du président Hassan Cheikh Mohamoud avait heurté en pleine journée, le 30 novembre, un coursier à moto.

Projeté violemment sur la route, la victime, Yunus Emre Göcer, père de deux enfants, est décédé six jours plus tard à l'hôpital. Le procureur de la république a émis un mandat d'arrêt à l'encontre du chauffard : "Mais lorsque les policiers se sont rendus vendredi au domicile du suspect il avait disparu depuis le 2 décembre", rapporte a Haber.

"Un mandat d'arrêt international a donc été émis contre lui (vendredi) 8 décembre 2023" par le bureau du procureur général d'Istanbul, ajoute la chaîne. L'avocat du coursier, Iyaz Cimen, cité par Cumhuriyet, a dénoncé le premier rapport de la police de la circulation, qui imputait la responsabilité de l'accident à "l'imprudence" de la victime.

"Un second rapport d'expertise avec des enregistrements vidéo a montré que le conducteur du véhicule était responsable à 100%", ajoute-t-il, redoutant cependant que ce dernier ne soit "jamais arrêté". La Turquie entretient depuis un dizaine d'années des relations étroites avec la Somalie, "pays frère" de 17 millions d'habitants majoritairement musulmans de la Corne de l'Afrique, dont elle est le principal partenaire économique, notamment dans les domaines de la construction, de l'éducation, de la santé et de la coopération militaire.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Agression de MNF à dans son quartier : le 7e cas en un mois

Agression de MNF à dans son quartier : "le 7e cas en un mois"

Situation matrimoniale : confidences de femmes divorcées

Situation matrimoniale : confidences de femmes divorcées

Gaza : le bilan passe à 30 410 morts

Gaza : le bilan passe à 30 410 morts

Remplaçant au coup d’envoi, Boulaye Dia refuse d’entrer en jeu

Remplaçant au coup d’envoi, Boulaye Dia refuse d’entrer en jeu

Violences conjugales : le quotidien traumatisant des victimes (reportage)

Violences conjugales : le quotidien traumatisant des victimes (reportage)

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Clédor Sène dément Farba Ngom

Clédor Sène dément Farba Ngom

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

ADVERTISEMENT