Émigration : le maire de Kafountine appelle à une « réponse économique »

Kafountine dans la région de Ziguinchor est l’une des zones d’embarcation les plus prisées par les candidats à l’émigration clandestine. Selon l’édile de la dite vite qu’est exprimé au micro de RFI Afrique a fait savoir qu’il faut « une réponse économique »

Bateau de migrants

C’est un village de pêcheurs, également prisé par les touristes, au bord de l’océan Atlantique. Mais ces dernières années, Kafountine est également devenu un point de départ pour les migrants, explique le maire de la commune, David Diatta : « Ces migrants ne sont pas de Kafountine, pour la plupart. Ils viennent du reste du Sénégal, mais également de la sous-région, soit de la Gambie, Guinée-Bissau, Guinée-Conkary, et on voit même des Nigériens. Avant, cela était timide, parce qu’ils partaient plutôt depuis Mbour », soit une ville sur la Petite Côte, à une centaine de kilomètres au sud de Dakar.

En juin 2022 déjà, 15 migrants partis de Kafountine vers les Canaries étaient décédés après le déclenchement d’un feu dans la pirogue. La mairie avait alors lancé des activités de sensibilisation. David Diatta appelle à une réponse économique, mais aussi sécuritaire : « Les 91 % de la superficie sont dans une zone insulaire. Les îles sont liées entre elles par des fleuves, par des marigots, et il n’y a pas assez de contrôle. Nous avons proposé à ce qu’il y ait un poste de gendarmerie, mais aussi qu’il y ait une base marine. Mais on n’a pas de répondant au niveau des autorités centrales et voici les dégâts. »

De son côté l’ONG Greenpeace Afrique dénonce l’impact d’une « exploitation anarchique et irresponsable » des ressources halieutiques, qui contribue selon elle « à la détresse économique ».

Au Sénégal, le ministère des Affaires étrangères récuse les informations faisant état de la disparition en mer d’au moins 300 migrants en route vers les îles Canaries : « dénuées de tout fondement », selon son communiqué publié mardi 11 juillet. Le ministère affirme que « 260 Sénégalais en détresse ont été secourus dans les eaux territoriales marocaines » depuis le 28 juin. L’ONG espagnole Caminando Fronteras avait pourtant alerté sur la disparition de trois embarcations parties du Sénégal, dont l’une de Kafountine, en Casamance.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

Macky Sall persiste et signe : 'le 2 avril, c'est fini pour moi'

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

CCIAD : suivez en direct le dialogue national

Le témoignage poignant du détenu (politique) 'Cheikh Bi'

Le témoignage poignant du détenu (politique) 'Cheikh Bi'

Nécrologie: Prince Fadiga, le jeune 'marié' à 16 ans n'est plus

Nécrologie: Prince Fadiga, le jeune 'marié' à 16 ans n'est plus

'Dimanche non électoral' : ce qu'ont déposé les 16 candidats au C.C

'Dimanche non électoral' : ce qu'ont déposé les 16 candidats au C.C

Nigeria : l'armée nigériane dément une tentative de coup d'Etat contre le président Bola Tinubu

Nigeria : l'armée nigériane dément une tentative de coup d'Etat contre le président Bola Tinubu

Un bébé se fait 'décapiter' sous les yeux de son père

Un bébé se fait 'décapiter' sous les yeux de son père

Dialogue : Idrissa Seck (aussi) décline l'invitation de Macky Sall

Dialogue : Idrissa Seck (aussi) décline l'invitation de Macky Sall

Angleterre : un migrant sénégalais condamné à 9 ans

Angleterre : un migrant sénégalais condamné à 9 ans

ADVERTISEMENT