Le colonel Barham Thiam révèle que 450 mines ont été enlevées par le centre qu’il dirige, avant de préciser que le déminage humanitaire va se poursuivre.

« J’ai appris la nouvelle comme tout le monde avec beaucoup de regret. On ne peut que déplorer cet accident. On va s’incliner devant la mémoire des disparus. Ce sont des frères d’armes. Cette affaire va constituer un blocage sur le retour des populations à leur terroir. L’idée c’était de les accompagner. Les armées sont en train de sécuriser tous ces sites », a-t-il déclaré.

Poursuivant, il ajoute : « En tant centre national de déminage humanitaire, notre mission c’était de jouer un rôle dans cette dynamique de retour. On ne va pas changer de stratégie. L’opération de déminage va se poursuivre ».

Lors des trois derniers jours, deux explosions ont eu lieu, faisant revenir le spectre des mines dans la zone. Samedi, un véhicule de l’armée avait explosé sur une mine, faisant huit blessés, avant que deux jours plus tard, une autre explosion ne fasse deux décès dans les rangs de l’armée sénégalaise.