Arrestation de Coline Fay : Juan Branco mouille l'Élysée

Juan Branco fait des révélations sur l'arrestation de Coline Faye.

Juan branco

La Française Coline Fay présente au Sénégal depuis un an, âgée de 26 ans et originaire de la ville d'Echirolles, a été interpellée vendredi dernier devant la Cour suprême. Ce en même temps que les nommés El Hadji Barro, Malang Mané, Ibrahima Manga, Ousmane Tamba et Benoit Sambou. Le parquet a demandé, contre tous, l'ouverture d'une information judiciaire pour actes et manœuvres de nature à compromettre la sécurité publique, mais aussi complot contre l'autorité de l'Etat.

"Coline Fay, citoyenne française de 26 ans vient d'être placée en détention au Sénégal. Elle est accusée d'avoir participé le 17 novembre dernier. Pour cela, elle encourt la perpétuité pour association de malfaiteurs terroristes, complot contre l'autorité de l'État, actes et manœuvres de nature à compromettre la sécurité de l'État", a réagi l'avocat français, Juan Branco, en exigeant sa libération.

Selon le conseil de l'opposant Ousmane Sonko, repris par Libération, "il y a plus grave" car charge-t-il : "l'Élysée prévenu depuis cinq jours a sciemment laissé faire. Je le répète. L'Élysée, prévenu, a laissé placer en détention illimitée dans les conditions que l'on sait une citoyenne française parce qu'elle soutenait le droit d'un opposant à se présenter à une élection."

Pour l'avocat français, "le Président du Sénégal (Macky Sall) s'est vu offrir une immunité diplomatique par la France" surtout "après sa nomination comme Envoyé spécial du Pacte de Paris pour la planète et les peuples".

Le dossier a été confié au juge du Deuxième cabinet qui a placé sous mandat de dépôt les mis en cause. Pour Coline Fay, en plus des incriminations de base, le parquet a visé le délit de «séjour irrégulier» au Sénégal. Coline Fay animait un groupe au nom de la Jeunesse patriotiques du Sénégal (Jps) avec quelques 500 membres. Les enquêteurs lui reprochent des messages partagés dans ce groupe, notamment de demander aux membres de descendre sur le terrain le jour du 17 novembre et des prises photographiques faites devant la Cour suprême.

ADVERTISEMENT

Face aux policiers, elle a indiqué que, même si elle n’est pas sénégalaise, elle soutient et assume son soutien à Ousmane Sonko.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT