Découverte : Omar Blondin Diop, un « Che Guevara africain » !

Il y a cinquante ans, le jeune intellectuel de 26 ans mourait en détention sur l’île de Gorée. Une tache noire de l’ère Senghor, qui entretient le mythe d’un martyr aujourd’hui adulé pour son engagement révolutionnaire.

Omar Blondin Diop

Omar Blondin Diop, né le 18 septembre 1946 à Niamey au Niger et mort en prison sur l'île de Gorée au Sénégal le 11 mai 1973, est un intellectuel, artiste et militant politique sénégalais. Il fut actif lors du mouvement de Mai 68 en France et une figure devenue emblématique du mouvement contestataire post-soixante-huitard qui défia le président sénégalais Léopold Sédar Senghor.

  • Le « Che Guevara africain »

Né à Niamey, brillant étudiant du lycée Louis Le Grand puis de Normale Supérieure en France, Omar Blondin Diop est passé entre autres par la Syrie, l’Algérie, avant de s’installer au Mali. C’est là qu’il a été arrêté en 1971 puis extradé à Dakar.

Aguibou Diarra H. a fait le voyage depuis Bamako pour participer aux cérémonies. Il raconte : « C'était le temps de la révolution. La Garde rouge en Chine, Mai-68 en France, les Tupamaros, le Black Panther... Nous étions en contact avec tous ces mouvements. Oumar, c'est le “Che Guevara africain”. »

  • Un nouvel écho pour une figure restée méconnue
ADVERTISEMENT

Cinquante ans plus tard, la figure d’Omar Blondin Diop reste méconnue au Sénégal comme dans la sous-région, mais trouve un nouvel écho, estime l’historien Florian Bobin qui travaille sur une biographie de l’intellectuel et militant : « Depuis une dizaine d'années, c'est une mémoire qui ressurgit régulièrement dans le champ militant et artistique sénégalais. Mais au-delà de ça, il y a aussi un travail de diffusion à faire et puis [il faut] lever le tabou et rouvrir le dossier sur sa mort. »

La famille et les proches se basent sur un fait nouveau : le témoignage, dans un documentaire, de Moustapha Touré, doyen des juges d’instruction à l’époque – aujourd’hui décédé –, qui remet en cause la thèse du suicide. 50 ans après, pour Dialo Diop et ses proches, le combat continue : « C'est un mur qu'on finira par faire tomber. C'est une question de temps. »

  • Les circonstances de sa mort mitigées !

Le 14 mai 1973, le quotidien gouvernemental Le Soleil, reprenant le communiqué de l’administration pénitentiaire, écrit : « La commission de surveillance des prisons (…) a constaté que le détenu Oumar Blondin Diop s’était donné la mort par pendaison dans sa chambre, aux environs de deux heures du matin ».

Diop est mort dans sa cellule, à la prison centrale de Gorée où il avait été interné, depuis sa condamnation, le 23 mars 1972, à trois ans de réclusion, pour « atteinte à la sûreté de l’Etat », par un Tribunal spécial. Le journal Le Soleil relayait la version officielle du suicide, alors qu’une partie de l’opinion nationale et internationale penchait plutôt pour la thèse de l’assassinat d’un jeune homme engagé dans le combat pour la libération de l’Afrique.

  • « Omar avait un formidable appétit pour la vie »

C’est au cimetière de Soumbédioune, face à la mer, qu’Omar Blondin Diop a été enterré après son décès en cellule dans la prison de Gorée, à l’âge de 26 ans. Alioune Sall, son ami et compagnon de route, est surnommé Paloma, son « nom de guerre ». Il se souvient de l’annonce de la mort de son camarade le 11 mai 1973. « J'étais en prison, j'avais été transféré de Gorée au camp pénal », se rappelle-t-il.

Il n’a jamais cru à la thèse du suicide. « Je connais Omar, je sais qu'il avait un formidable appétit pour la vie, une combativité, une résistance », explique Alioune Sall. « Mais je crois que les idées qu'il incarnait faisaient peur, parce que c'étaient des idées de rupture, dans un contexte où le dirigeant sénégalais a pensé qu'au fond, c'est le passé des autres qui devait servir d'avenir au Sénégal. »

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Nouveau clip de Mia Guissé : Gauche & Droite, En haut en bas cartonne et crée la polémique

Nouveau clip de Mia Guissé : "Gauche & Droite", "En haut en bas" cartonne et crée la polémique

Kabrousse : un homme se pend après une dispute avec son épouse

Kabrousse : un homme se pend après une dispute avec son épouse

Tchad : le président Mahamat Deby promet d'impulser le changement

Tchad : le président Mahamat Deby promet d'impulser le changement

Aliou Cissé publie sa liste et zappe Cheikhou Kouyaté

Aliou Cissé publie sa liste et zappe Cheikhou Kouyaté

Les chiffres des conflits du travail au Sénégal

Les chiffres des conflits du travail au Sénégal

Culture : 10 reines légendaires d'Afrique qui ont marqué l'histoire

Culture : 10 reines légendaires d'Afrique qui ont marqué l'histoire

Pour soigner son asthme, il fume du chanvre indien et finit en prison !

Pour soigner son asthme, il fume du chanvre indien et finit en prison !

Escroquerie : une commerçante emprunte de l’argent au nom de 24 personnes à leur insu

Escroquerie : une commerçante emprunte de l’argent au nom de 24 personnes à leur insu

Opération de sécurisation : la police interpelle 669 individus !

Opération de sécurisation : la police interpelle 669 individus !

ADVERTISEMENT