Droits humains : Amnesty International décerne une mauvaise note au Sénégal

Plus d'un an après les émeutes de mars 2021 au Sénégal, qui ont fait 14 morts, la Secrétaire Générale de Amnesty International Agnès Callamard réclame justice pour les familles des victimes. Elle écarte tout arrangement pour étouffer les "meurtres".

La Secrétaire générale d'Amnesty International, Agnes Callamard, de passage à Dakar après une tournée africaine.

En visite à Dakar après une tournée en Afrique de l'Ouest, la Secrétaire Générale de Amnesty International Agnès Callamard a fait face à la presse pour se prononcer sur plusieurs questions de droits humains telles que la liberté de manifester, l’usage excessif de la force, la liberté d’expression, la protection des enfants talibés, la justice pour les morts de Mars 2021, etc.

A propos des évènements de mars 2021, le gouvernement sénégalais avait annoncé en avril 2021 l’ouverture d’une commission d’enquête pour établir les circonstances de ces incidents et sanctionner le cas échéant les responsables.

Mais aucune information n’a été donnée sur la mise en place de cette commission d’enquête. Amnesty rappelle que les autorités sénégalaises doivent être transparentes sur l’évolution de l’enquête en cours, faire suite aux plaintes déposées par certaines familles de victimes et permettre aux victimes et familles de participer au processus judiciaire.

Agnès Callamard déplore que les violences exceptionnelles de mars 2012, qui ont fait 14 morts parmi les manifestants, n'aient pas donné lieu à des inculpations. "Il s'agit ici du nombre de morts e plus important durant des manifestations depuis une génération au Sénégal" , a regretté la Secrétaire Générale de Amnesty International. Elle rembobine : "Nous avons par ailleurs appelé les autorités sénégalaises à témoigner davantage de célérité et de transparence s'agissant des enquêtes sur les personnes tuées durant les manifestations de mars 2021 et de juin 2022 dans plusieurs villes du pays".

Elle signale que Amnesty n'a pas eu malheureusement les assurances que toutes les enquêtes avançaient effectivement. "Il n’y a plus de temps à perdre. La justice doit faire son travail en toute indépendance et rapidement pour établir les faits et les responsabilités et juger les éléments des forces de défense et de sécurité qui se sont rendus coupables d’utilisation excessive de la force et d’homicides illégaux", a-t-elle martelé.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

CANAL+ annonce le lancement de la saison 2 de la série à succès “'Le Futur est à Nous avec une tournée africaine de l'actrice Halima Gadji

CANAL+ annonce le lancement de la saison 2 de la série à succès “'Le Futur est à Nous” avec une tournée africaine de l'actrice Halima Gadji

Les USA s'inquiètent d'une guerre entre la RDC et le Rwanda

Les USA s'inquiètent d'une guerre entre la RDC et le Rwanda

Guinée : un père de famille accusé de viol sur sa fille aînée

Guinée : un père de famille accusé de viol sur sa fille aînée

Condamné à perpétuité, Rene Capin Bassène menace de se suicider

Condamné à perpétuité, Rene Capin Bassène menace de se suicider

Usurpation d'identité : un ASP se fait passer pour un ministre pour décrocher un job

Usurpation d'identité : un ASP se fait passer pour un ministre pour décrocher un job

Mondial Beach Soccer : le Sénégal éliminé au premier tour

Mondial Beach Soccer : le Sénégal éliminé au premier tour

Mac de Mbour : quatre gardes du corps de Ousmane Sonko libérés

Mac de Mbour : quatre gardes du corps de Ousmane Sonko libérés

Affaire Mbayang Diop: les tristes révélations de son frère revenu d'Arabie Saoudite

Affaire Mbayang Diop: les tristes révélations de son frère revenu d'Arabie Saoudite

Cité Mixta : un homme arrêté pour vol en réunion et destruction de biens

Cité Mixta : un homme arrêté pour vol en réunion et destruction de biens

ADVERTISEMENT