Là où réside le salut de Bamba Fall [Opinion du Contributeur]

Bamba Fall peut-il être classé dans cette catégorie d’hommes politiques qui ont quitté la « galère » pour des prairies luxuriantes ?

Bamba FALL

Manifestement non, si l’on sait que l’actuel maire de la Médina, ne doit pas être dans ce besoin si pressant qui le pousse à aller à la quête d’un éventuel paradis terrestre. Élu en 2009, il a su résister aux appels de Wade et à sa contre-offensive à la suite d’une défaite qui a fait beaucoup de dégâts à Dakar. Sous l’aile protectrice de Khalifa Sall « grand maire » de la capitale, il a été réélu en 2014 contre la volonté du pouvoir actuel qui voulait « récupérer » Dakar.

Un second mandat à la tête de la Médina qui n’à pas été de tout repos. Le verbe haut face au régime et face au leader du Parti socialiste le défunt Ousmane Tanor Dieng, il a fini par être emprisonné à la suite de violentes bagarres à la « Maison du Parti » à Colobane. Il sera rejoint à Rebeuss par Khalifa Sall. C’était écrit si l’on sait que la volonté du président de « réduire l’opposition à sa plus simple expression » était à son summum.

Sall qui a pesé de tout son poids pour l’élection de l’actuel président à la Magistrature suprême, ne serait pas à Rebeuss s’il épousait à la lettre la démarche des dirigeants actuels. Combien de voleurs «pris la main dans le sac», sont aujourd’hui bien à l’aise dans la «République de la rupture» ? En décidant de faire face à Macky et les siens et rester à la Mairie de Dakar, il était sans doute conscient qu’il est strictement dans le viseur de ses «ennemis». Bamba Fall aussi.

C’est pourquoi la « transhumance » de ce dernier aux lendemains des élections locales du 23 janvier 2022 intrigue ici et là même si on a longtemps prêté à Fall des intentions de « capitulation » face aux assauts d’en face. N’a-t-il pas cédé au mauvais moment ? Certes, les élections locales ne sont plus d’actualité, mais le futur si proche ne s’annonce pas merveilleux. La jurisprudence Moussa Sy aux Parcelles Assainies battu après avoir rejoint le pouvoir, est là pour le démontrer.

Le salut de l’actuel ministre-conseiller-maire réside dans une victoire éclatante lors des législatives de juillet dans sa localité. Ce qui n’est pas du tout évident vu le contexte de désenchantement qui avait beaucoup joué en défaveur du régime et a été bénéfique pour lui et pour nombre de candidats de l’opposition devenus maire non pas du fait de leurs qualités intrinsèques mais à cause d’une certaine impopularité des gouvernants actuels.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Situation matrimoniale : confidences de femmes divorcées

Situation matrimoniale : confidences de femmes divorcées

Gaza : le bilan passe à 30 410 morts

Gaza : le bilan passe à 30 410 morts

Remplaçant au coup d’envoi, Boulaye Dia refuse d’entrer en jeu

Remplaçant au coup d’envoi, Boulaye Dia refuse d’entrer en jeu

Violences conjugales : le quotidien traumatisant des victimes (reportage)

Violences conjugales : le quotidien traumatisant des victimes (reportage)

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Burkina Faso : « 170 personnes exécutées » dans des attaques de villages !

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Médina Yoro Foula : un enfant de deux ans périt dans un incendie, les récoltes consumées

Clédor Sène dément Farba Ngom

Clédor Sène dément Farba Ngom

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Représentativité syndicale : Samba Sy refuse d’exécuter la décision de la Cour suprême

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

Présidentielle après le 2 avril : l'UE met en garde Macky Sall

ADVERTISEMENT