Présidentielle 2024 : Abdoul Mbaye a fait son choix

L'ancien Premier ministre , Abdoul Mbaye, ne donnera pas de consigne de vote pour l'élection présidentielle de dimanche, tout du moins au premier tour. En choisissant l'abstention, il marque son désaccord par rapport au processus électoral qui a mené à l'établissement d'une liste de 19 candidats.

Abdoul Mbaye, ancien premier ministre

"J’ai donc choisi de donner du sens à mon vote et de montrer par mon abstention mon refus d’accepter l’établissement d’une liste de candidats en violation de la Constitution (contrôle des parrainages et de la binationalité), par la non-exécution d’une décision de Justice de la Cour de Justice de la CEDEAO (suppression du parrainage décidée dès 2021) et le recours à des injustices flagrantes (tirage au sort discriminatoire, erreurs manifestes dans le contrôle “informatisé” des parrainages et “erreur judiciaire” dans l’appréciation d’une nationalité exclusivement sénégalaise)" a-t-il expliqué dans un communiqué parvenu à Seneweb.

Pour Abdoul Mbaye, face à l'impossibilité de la manipulation du vote grâce au code consensuel de 1993, "ce sont désormais les modifications apportées à ce Code avant l’élection présidentielle de 2019 pour le déstructurer (notamment relation électeur-éligibilité et parrainages) qui font sortir des urnes les résultats souhaités grâce à la confection de listes de candidats en fonction des sondages, “truquées” en amont par l’élimination des adversaires du Pouvoir les plus dangereux et des “perturbateurs” potentiels".

M. Mbaye affirme que cette méthode a été utilisée lors de la présidentielle de 2019. "Il sera malheureusement déjà trop tard lorsque les Sénégalais comprendront que c’est également ce qui se sera produit en 2024" a-t-il regretté.

Toutefois, Abdoul Mbaye promet de faire un choix sur un candidat s'il y a un second tour : "Au second tour, s’il y en a un, je voterai contre la continuité d’une gouvernance qui a fait tant de mal à notre pays en détruisant ses fondamentaux moraux, économiques et financiers". L'ancien Premier ministre considère qu'il s'agira à ce moment de s'opposer à "une gouvernance qui a introduit la corruption partout et engagé notre pays dans des impasses budgétaire, d’endettement, d’inflation galopante, de croissance en berne et d’hyper-chômage des jeunes, dont il sera particulièrement difficile de sortir et de se relever".

Même s'il a décidé de ne soutenir personne pour la présidentielle du 24 mars prochain, Abdoul Mbaye laisse à ses partisans la liberté de faire le "choix qu’ils considèrent le meilleur pour notre pays et pour sa démocratie".

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT