Sonko encore extrait de son véhicule et acheminé de force au tribubal

Ce jeudi 16 mars 2023 à Dakar, Ousmane Sonko a été extrait de force de sa voiture par les forces de l’ordre pour être acheminé au tribunal.

sonko

Les images du chaos ! La situation était très tendue ce matin au rond-point Mermoz. En effet, se rendant à son procès qui a été renvoyé à ce 16 mars, Ousmane Sonko n'a pas voulu emprunter la Corniche Ouest. Une voie que les forces de l’ordre lui ont imposé.

Mais le maire de Ziguinchor veut passer par l’Avenue Cheikh Anta Diop. « J’ai décidé de passer par l’avenue Cheikh Anta Diop. Je suis un citoyen sénégalais libre de circuler » a déclaré Ousmane Sonko face à la presse. S’ensuivront des échauffourées. Une situation confuse durant laquelle Ousmane Sonko a été extrait de force de son véhicule pour être embarqué dans un blindé de la police. Direction le tribunal de Dakar.

Pour rappel, le même scenario s'est produit au mois de février dernier. Comme dans un film digne des séries policières américaines, les éléments de la BIP et du GIGN ont bloqué le convoi du président Ousmane SONKO dans le tunnel de Soumbédioune avant de casser la vitre latérale du véhicule. Le Maire de Ziguinchor sera extirpé de force sous les yeux de Me Ciré Clédor Ly, l’un des avocats présents dans le véhicule. Les évènements se sont déroulés ce 16 février 2022, après le report du procès.

Le maire de Ziguinchor révèle d'ailleurs "que les agents de la Bip l'ont sorti de son véhicule pour éviter qu'il prenne une balle venant des nervis..." Et selon Imam Khalifa Ndiaye, Ousmane Sonko a été blessé lors des accrochages avec la police. C’est la Bip, dit-il, qui lui a tiré la jambe gauche avant de l’étrangler. C’était au moment où les éléments de la Bip les faisaient sortir de leurs véhicules respectifs pour les embarquer dans les fourgonnettes.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT