Saisie de munitions au Port : la douane sénégalaise touche le pactole !

L'affaire de la saisie de cargaisons de munitions au port autonome de Dakar a été vidée hier jeudi, au Tribunal de Dakar.

saiarmes-1-min

La Chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Dakar a reconnu les prévenus coupables des faits qui leur sont reprochés et les a condamnés à deux ans d'emprisonnement ferme. Ils sont contraints d'allouer à la douane sénégalaise la somme de 14 milliards 66 millions 400 mille de francs CFA, renseigne L'Enquête.

C'est le 15 juin dernier que l'affaire a été évoquée à la barre de la Chambre correctionnelle, rappelle le Journal. Le navire a accosté au Port autonome de Dakar, le 23 décembre 2021. Mais les mouvements suspects avaient poussé les douaniers à procéder à des vérifications. La première a permis de découvrir que le navire n'avait pas de manifeste. Le second contrôle effectué le 7 janvier 2022 a permis de découvrir 2 000 000 d'unités de balles réelles de calibres 5.56 mm, 100 000 unités de balles à blanc de calibre 5,56 mm et 1 108 000 unités de balles réelles de calibre 9 mm.

Selon toujours les éléments de la procédure, les agents des douanes ont trouvé aussi 1 356 métriques tonnes de tôles et plaques laminées à chaud et à froid, et des tôles galvanisées dans les deux cales du navire ainsi que trois conteneurs numérotés placés côte à côte et dont les numéros avaient été retouchés grâce à des colles.

Interrogé, le capitaine V. Dovzhuk a laissé entendre qu'il ignorait la nature de la marchandise transportée, puisqu'elle était scellée au moment de l'embarcation en Italie. Il ajoutait que Th. Rellos avait promis de lui envoyer, par mail, les documents, une fois arrivé à Dakar.

ADVERTISEMENT

Lorsqu'il a été entendu à nouveau, le capitaine a soutenu que leur destination était la République dominicaine. Mais suite à une cessation collective de travail des membres de l'équipage, la compagnie l'avait envoyé à Dakar, afin d'en profiter pour réparer certains appareils de navigation.

Mais Th. Rellos a pris son contrepied, en déclarant que l'escale dakaroise était prévue depuis le départ. Il a confié également avoir remis tous les documents à V. Dovzhuk. Puis, il a réfuté la violation de la réglementation maritime internationale, en alléguant être venu directement d'Athènes sans le navire.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT