Pour ne pas dire que cette autre filiale de la Société générale du Sénégal, qui lui servait d’intermédiaire sur des opérations de recherche de clients, d’ouverture de dossiers et de mise à disposition de crédits dans les limites fixées par la banque, cesse ses activités.

Courant septembre 2018, Manko avait été secoué par une rocambolesque affaire de détournement de fonds. 2,970 milliards de Fcfa y avaient été volés à travers 644 dossiers de prêts fictifs ou frauduleux. Plusieurs agents avaient été arrêtés dans le cadre de cette procédure.

De sources dignes de foi, les français qui dirigeaient la SGBS ont levé le pied. Ce sont les sénégalais qui gèrent maintenant.